Vendredi, 17 Septembre 2021
Dernières nouvelles
Principale » Raïssi vainqueur, faible participation — Présidentielle en Iran

Raïssi vainqueur, faible participation — Présidentielle en Iran

19 Juin 2021

Les Iraniens ont élu un nouveau président au premier tour a déclaré samedi le président sortant Hassan Rohani, alors que deux candidats au scrutin de la veille félicitaient l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi pour sa victoire sans attendre l'annonce des résultats officiels. Le taux de participation a été de 48,8%, ce qui représente un record d'abstention.

"Je félicite le peuple pour son choix", a déclaré M. Rohani dans un discours télévisé.

L'ancien président de la Banque centrale Abdolnasser Hemmati, obtient 8,39%, devant le député Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi (3,45%).

Le guide suprême Ali Khamenei, qui avait exhorté ses compatriotes à faire preuve d'une participation "massive" et "révolutionnaire", a estimé samedi que le "grand vainqueur" des élections était "la nation iranienne car elle s'est levée une fois de plus contre la propagande des médias mercenaires de l'ennemi".

L'homme, connu pour sa main de fer, a été au centre de système judiciaire iranien pendant plus de 30 ans, notamment en tant que procureur général de Téhéran, procureur général du pays, et chef de l'autorité judiciaire.

L’Espagne renvoie 2700 migrants vers le Maroc
Un homme a trouvé la mort en se noyant alors qu'il tentait de rallier l'enclave par la mer. Ils les raccompagnent ensuite vers la clôture qui sépare l'Espagne du Maroc.

"J'espère qu'il saura (épargner à la population) les privations", a confié à l'AFP vendredi une de ses électrices à Téhéran, une infirmière drapée dans un tchador noir.

Après le modéré Rohani, l'Iran a élu un ultraconservateur à la tête du pays. Ce descendant du prophète Mohamed et proche du Guide suprême dit vouloir combattre la pauvreté et la corruption.

Selon les médias d'Etat, le dépouillement est encore en cours en début de matinée.

Interrogé en 2018 et en 2020 sur cette page controversée de l'histoire récente, M. Raïssi a nié y avoir joué le moindre rôle, mais a rendu "hommage" à l'"ordre" donné selon lui par l'ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique, de procéder à cette épuration.

M. Raïssi figure sur la liste noire des responsables iraniens sanctionnés par Washington pour "complicité de graves violations des droits humains".

Raïssi vainqueur, faible participation — Présidentielle en Iran