Samedi, 25 Septembre 2021
Dernières nouvelles
Principale » Un militaire d'extrême droite jugé très dangereux en fuite — Belgique

Un militaire d'extrême droite jugé très dangereux en fuite — Belgique

22 Mai 2021

Un blindé de l'armée belge arrivant à l'entrée du parc national Hoge Kempen, en Belgique, durant des recherches visant à capturer le Belge Jurgen Conings, un soldat qui a disparu après avoir menacé un virologue favorable aux vaccins anti-COVID-19.

Il pourrait s'être retranché dans le parc national de la Haute Campine, vaste espace de 12.000 hectares de forêts et de landes, où depuis mercredi quelque 300 policiers et militaires ont été déployés pour le traquer, selon les médias belges.

Le premier ministre Alexander De Croo s'est exprimé sur ce sujet jeudi après-midi devant les députés, relate le journal. L'Allemagne " a approuvé une demande de soutien en personnes des autorités belges ", et des policiers allemands " sont maintenant arrivés en Belgique ", a indiqué en début de soirée à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur fédéral, sans préciser de chiffre. L'homme, réputé proche de l'extrême droite, a émis des menaces contre l'État et un des virologues les plus en vue du pays.

Les recherches se sont notamment concentrées près du lieu où a été retrouvé le 4X4 du militaire de carrière. Mais il est "probablement encore en possession d'un armement plus léger et reste donc potentiellement dangereux", a précisé le parquet fédéral mercredi.

La police néerlandaise a par ailleurs confirmé auprès de l'agence Belga que des unités spéciales se tiennent prêtes à intervenir aux Pays-Bas au cas où le fugitif tenterait de passer la frontière.

Royaume-Uni : le vaccin AstraZeneca limité aux plus de 40 ans ?
De son côté, la campagne de vaccination progresse, avec plus de 650 000 injections ce mardi. Attal, alors que près de 19 millions de premières doses de vaccin ont déjà été injectées.

Il est soupçonné d'avoir dérobé plusieurs types d'armes à feu dans sa caserne avant de prendre la fuite.

Parmi ses cibles potentielles figure le virologue flamand Marc Van Ranst, expert parmi les plus en vue dans la crise sanitaire.

Le gouvernement belge a promis vendredi de durcir les règles d'accès aux armements pour les militaires, sur fond de polémique sur le défaut de surveillance de Jurgen Conings, un instructeur de l'armée fiché par les services antiterroristes en fuite depuis trois jours. Pour la même raison, il est également fiché par l'Ocam, l'organisme belge chargé de l'analyse de la menace terroriste.

" Appeler à la haine et à la violence c'est inacceptable, qu'il s'agisse de virologues, de scientifiques, d'adversaires politiques".

Cet individu, déjà connu des services de sécurité et de renseignement, y compris militaires, "aurait dû faire l'objet d'un suivi plus strict de sa hiérarchie", a souligné Ludivine Dedonder. Une plainte avait même été déposée par l'état-major, classée sans suite, selon elle. Mais, a regretté la ministre, "ça n'a pas suffi" pour l'empêcher d'avoir accès à des lance-roquettes et des fusils-mitrailleurs. "Il n'y a pas de place à la Défense pour les racistes et les fascistes", a ajouté la ministre. Les recherches ont nécessité la fermeture d'une portion de l'autoroute E314, à hauteur de Maasmechelen en direction de Genk, un axe qui borde le parc national.

Un militaire d'extrême droite jugé très dangereux en fuite — Belgique