Samedi, 25 Septembre 2021
Dernières nouvelles
Principale » L'éviction annoncée de Palestiniens embrase un quartier de Jérusalem-Est

L'éviction annoncée de Palestiniens embrase un quartier de Jérusalem-Est

09 Mai 2021

Jérusalem-Est est de nouveau en proie à des tensions qui ont été constatées dans le quartier de Cheikh Jarrah, d'où l'on menace d'expulser plusieurs familles palestiniennes.

Plus de 175 Palestiniens et six policiers israéliens ont été blessés vendredi, la plupart sur l'Esplanade des Mosquées -appelée Mont du Temple par les Juifs- dans les heurts les plus importants de ces dernières années à Jérusalem-Est occupée.

Mais des heurts ont éclaté entre Palestiniens, qui ont lancé des projectiles, et la police israélienne ayant fait usage de grenades assourdissantes et tiré sur des manifestants avec des balles en caoutchouc, a constaté un photographe de l'AFP.

La police israélienne a fait état d'au moins six blessés dans ses rangs, tandis que le Croissant rouge palestinien a compté au moins 178 manifestants blessés, dont plus de 80 ont dû être transportés à l'hôpital.

Créé avec la participation de l'UE, de la Russie, des États-Unis et de l'Onu, le Quartet a pour mission de consolider les efforts en vue du règlement du conflit palestino-israélien. Le Croissant rouge y a fait état d'au moins quatre Palestiniens blessés vendredi.

Depuis plusieurs jours, après la rupture du jeûne du ramadan, des accrochages nocturnes opposent la police à de jeunes Palestiniens dans le quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, où de nombreuses familles palestiniennes sont menacées d'expulsion au profit de colons juifs.

L'Union européenne a appelé samedi les autorités politiques et religieuses israéliennes et palestiniennes à agir de "toute urgence" pour une "désescalade" des tensions à Jérusalem, dans un communiqué publié par le porte-parole du chef de la diplomatie européenne.

Covid-19 : la balance bénéfice/risque du vaccin Janssen reste "positive", selon l'EMA
L'Agence européenne du médicament a donné ce mardi son feu vert à l'utilisation du vaccin anti-Covid Janssen, estimant que sa balance bénéfice/risque demeurait " positive ".

Alliés clé d'Israël, les États-Unis ont appelé vendredi "les responsables israéliens et palestiniens à agir de manière décisive pour désamorcer les tensions et mettre un terme à la violence".

Le coordinateur de l'ONU pour le Proche-Orient, Tor Wennesland, s'est dit "profondément préoccupé" par la situation et appelé à la "responsabilité" et au "calme". "Il est absolument essentiel que toutes les parties fassent preuve de retenue et s'abstiennent de toute action ou rhétorique provocatrice", a déclaré un porte-parole du Département d'État, Ned Price, dans un communiqué.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, qui a qualifié les Palestiniens rassemblés sur l'Esplanade des Mosquées de "peuple héroïque", a pointé Israël, en la tenant "pour responsable des dangereux développements dans la Vieille Ville ". À noter que les deux territoires palestiniens, Jérusalem et Cisjordanie, sont occupés depuis 1967 par Israël.

La Jordanie, pays qui est officiellement le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est, a dénoncé une "agression sauvage" des forces de sécurité israéliennes.

Les forces israéliennes ont tué vendredi deux Palestiniens et blessé un troisième, qui avaient ouvert le feu sur des gardes-frontières dans le nord de la Cisjordanie, sans faire de victimes israéliennes.

Les violences de vendredi ont coïncidé avec la "Journée d'Al-Qods (Jérusalem en arabe)" célébrée annuellement dans des pays de la région et principalement en Iran, ennemi juré d'Israël, en soutien aux Palestiniens.

L'éviction annoncée de Palestiniens embrase un quartier de Jérusalem-Est