Mercredi, 20 Octobre 2021
Dernières nouvelles
Principale » Interpellations d'opposants avant des manifestations et un discours de Poutine — Russie

Interpellations d'opposants avant des manifestations et un discours de Poutine — Russie

22 Avril 2021

Au début de la rencontre, Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, avait jugé "très inquiétant" son état et jugé les autorités russes "responsables" de sa santé.

"J'espère que personne n'aura l'idée de franchir une ligne rouge", a-t-il encore dit, promettant une riposte "asymétrique, rapide et dure". Selon l'ONG spécialisée OVD-Info, des perquisitions ont aussi eu lieu dans au moins 20 villes russes mardi et mercredi dont Saint-Pétersbourg, la deuxième du pays où ont lieu d'ordinaire les plus grandes manifestations d'opposition après Moscou.

Vladimir Poutine a, quant à lui, dans son grand discours annuel, adressé une mise en garde à ses adversaires étrangers avec lesquels il croise le fer sur de multiples dossiers.

Alors que les Occidentaux accumulent la pression sur la Russie pour la libération de l'opposant Alexei Navalny, la France a indiqué que le président russe, Vladimir Poutine, et son entourage " seront tenus responsables si Navalny meurt en prison ".

"Je ne crois pas à la volonté de la Russie de mener une action militaire contre l'Ukraine".

La petite Mia et sa mère ont été retrouvées en Suisse — Enlèvement
Et de préciser: " Deux gendarmes ont été missionnés sur le territoire suisse pour assister leurs collègues helvétiques ". Les ravisseurs présumés ont affirmé avoir agi à la demande de la mère de l'enfant qui voulait récupérer sa fille.

La crise économique et sanitaire due au Covid-19 a figuré en bonne place du discours, d'autant que des législatives sont prévues pour septembre.

L'opposant russe, qui refuse de s'alimenter depuis trois semaines pour dénoncer ses conditions de détention, a été transféré lundi vers un hôpital pour prisonniers. Pendant le week-end, ses proches avaient indiqué qu'il risquait la mort à chaque instant.

Des milliers de personnes ont manifesté de la capitale à l'Extrême-Orient en passant par l'Oural et la Sibérie, scandant des slogans tels que "Poutine tueur!", "Libérez-le!" et "Liberté!".

A Moscou, elles ont pu, sous le regard de centaines de policiers casqués, défiler près du Kremlin et du siège des services de sécurité (FSB) sans que les forces antiémeutes interviennent. "Là, ce n'est pas le cas", constatait Alexandre Boutouzov, 51 ans.

"C'est un combat pour l'avenir", estimait pour sa part Andreï Zamiatine, un entrepreneur de 51 ans: "Navalny veut changer le système et il est puni pour cela". La semaine prochaine, un tribunal moscovite doit commencer l'examen d'une demande du Parquet visant à classer comme "extrémistes" les organisations liées à l'opposant, ce qui exposerait tous leurs militants à de longues peines de prison.

Interpellations d'opposants avant des manifestations et un discours de Poutine — Russie