Samedi, 12 Juin 2021
Dernières nouvelles
Principale » La France convoque l’ambassadeur de Chine après des propos "inacceptables"

La France convoque l’ambassadeur de Chine après des propos "inacceptables"

23 Mars 2021

La Chine entend ainsi riposter aux sanctions décidées lundi par l'Union européenne contre quatre responsables chinois pour atteintes aux droits de l'homme contre les Ouïghours dans le Xinjiang.

Pékin a interdit de son territoire une dizaine de personnalités européennes, dont l'eurodéputé français Raphaël Glucksmann, en représailles à des sanctions de l'UE contre quatre dirigeants de la région chinoise du Xinjiang pour leur rôle dans les violations des droits des Ouïghours. La France a qualifié d'"inacceptables" certains de ses propos, notamment à l'encontre de parlementaires, ainsi que les mesures de rétorsions annoncées par Pékin.

En réaction aux sanctions visant le député Sjoerd Sjoerdsma, le ministère néerlandais des Affaires étrangères a annoncé qu'il avait convoqué l'ambassadeur de Chine aux Pays-Bas. "Tant que la Chine commettra un génocide contre les Ouïghours, je ne resterai pas silencieux", a réagi pour sa part l'intéressé sur Twitter. "L'ambassade est invitée à s'y conformer strictement", a indiqué le ministère français. Les sanctions européennes consistent en une interdiction de se rendre dans l'UE et un gel des avoirs détenus dans l'Union européenne.

Selon une source diplomatique, le ministère des Affaires étrangères devrait recevoir l'ambassadeur de Chine en France mardi 23 mars.

"Ce n'est pas en s'en prenant à la liberté académique, à la liberté d'expression et aux libertés démocratiques fondamentales, que la Chine répondra aux préoccupations légitimes de l'Union européenne, ni qu'elle nourrira le dialogue avec les 27", a déclaré Agnès von der Mühll.

Poutine fustige les déclarations d’un responsable européen — Vaccin russe
Au 21 mars, 10,4% de la population a reçu la première dose et seulement 4,5% ont reçu deux doses. D'une manière plus générale, M.

D'après le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, " ces sanctions sont inacceptables ".

Ces sanctions européennes sont les premières contre la Chine depuis un embargo sur les armes décrété en 1989 après la répression du mouvement démocratique de la place Tiananmen. Les sanctions auxquelles ils ont donné leur feu vert visent une entité et quatre hauts fonctionnaires chinois.

Ces décisions inédites s'appuient sur le nouveau cadre dont s'est dotée l'UE, fin 2020, pour condamner les violations des droits de l'homme dans le monde et qui s'inspire de la loi Magnitski.

Les Européens et leurs familles seront interdits de séjour en République populaire de Chine, à Hong Kong et à Macao. Pékin a notamment été accusé de persécuter des musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang. L'eurodéputé français Raphaël Glucksmann figure parmi les 10 personnes accusées de "graves atteintes à la souveraineté et aux intérêts chinois, et de répandre des mensonges et des fausses informations malveillantes".

Les entités sanctionnées par Pékin sont le comité politique et de sécurité, une structure permanente du Conseil de l'UE; la sous-commission "droits de l'homme" du Parlement européen; l'Institut Mercator pour les études chinoises, basé à Berlin, et la fondation Alliance des démocraties, une ONG danoise.

La France convoque l’ambassadeur de Chine après des propos