Lundi, 12 Avril 2021
Dernières nouvelles
Principale » Des particules radioactives retrouvées dans les dépôts

Des particules radioactives retrouvées dans les dépôts

28 Février 2021

Avec un mouchoir en papier, il a pris un échantillon de sable qui couvrait sa voiture.

Toutefois, pas de danger, selon l'ACRO, "sur la base de ce résultat d'analyse, il serait retombé 80 000 Bq au km2 de césium-137", ce qui constitue "une pollution certes très faible mais qui s'ajoutera aux dépôts précédents (essais nucléaires des années 60 et Tchernobyl)". "On y avait vu des traces de Césium-137 ". " Il s'agit d'un radioélément artificiel qui n'est pas présent naturellement dans le sable et qui est un produit issu de la fission nucléaire mise en jeu lors d'une explosion nucléaire ", a expliqué l'association. Ce vendredi 26 février, France 3 rapporte que des scientifiques ont découvert dans le sable des résidus de Césium-137.

Les récents épisodes de pluies de sable provenant du Sahara dans le sud de la France sont venus rappeler que les essais nucléaires français en Algérie lors des années 60 n'étaient pas sans conséquence. 17 essais nucléaires y avait été pratiqués.

Selon les experts, les particules fines de sable disséminées début février sur le sol français ne représentent à priori plus aucun danger pour la santé.

Derrière le nuage de sable du Sahara qui a traversé le ciel début février, et fait le bonheur des réseaux sociaux avec ses images aux tons incroyablement orangés, l'histoire est un peu moins belle.

Un adolescent de 13 ans meurt après une nouvelle rixe dans l’Essonne
Née le 16 juin 2006 à Dourdan (Essonne), elle était scolarisée en troisième dans un collège de la ville, a indiqué la procureure. Selon nos informations, l'une des bandes provenait d'Epinay-sous-Sénart, tandis que l'autre arrivait de Quincy-sous-Sénart.

En revanche, Pierre Barbey rassure qu'il n'existe aucun danger sur la santé précisant " qu'au bout de 7 cycles de 30 ans, on considère qu'il ne reste que 1% de substances radioactives ". Pierre Barbey a rappelé à France 3 que dans le Sud algérien "la population vit avec ces traces de césium-137 au quotidien, certains terrains sont toujours fortement contaminés, cela donne une idée de la contamination de l'époque".

En effet, la France a réalisé un premier essai nucléaire le 13 février 1960 dans la région de Reggane dans la wilaya d'Adrar.

La bombe avait explosé à 7 heures du matin, et sa puissance est estimée 70 kilotonnes, une explosion trois ou quatre fois plus puissante que celle des bombes de Hiroshima en août 1945. Le scientifique explique que le Césium-137 a une période de demie vie de 30 ans, tous les 30 ans, il perd la moitié de sa teneur radioactive.

L'Algérie a demandé récemment à la France de décontaminer les endroits où elle a effectué ses essais nucléaires dans le sud du pays.

Des particules radioactives retrouvées dans les dépôts