Vendredi, 23 Juillet 2021
Dernières nouvelles
Principale » Procès en destitution de Trump : vers un acquittement dès samedi ?

Procès en destitution de Trump : vers un acquittement dès samedi ?

14 Février 2021

"C'est aussi simple que cela", avait lancé Jamie Raskin, le chef des procureurs démocrates, pendant leur dernier réquisitoire prononcé ce samedi 13 février devant le Sénat. 57 sénateurs ont voté en faveur d'un verdict de culpabilité et 43 contre, soit 10 voix en deçà de la majorité requise de 67 voix.

Ce deuxième procès en destitution de Donald Trump s'achève donc par un second acquittement.

Donald Trump n'assiste pas à ce procès, dont l'issue semble jouée d'avance. Les sénateurs, à la fois témoins, juges et jurés, pourraient rendre dès samedi le verdict, un mois jour pour jour après la mise en accusation de Donald Trump pour "incitation à l'insurrection".

Plus tôt, dans un vote qui a semé la confusion au sein même de la chambre haute, les 50 sénateurs démocrates et cinq républicains, sur 100, avaient voté en faveur d'une motion autorisant la convocation de témoins.

L'ancien président républicain a immédiatement réagi en saluant la fin d'une " chasse aux sorcières ".

Le coup de théâtre a bouleversé l'ordonnancement du procès que démocrates et républicains, pour des raisons différentes, semblaient vouloir boucler rapidement. La condamnation empêche un président destitué de se présenter à nouveau. Cette peine aurait été accompagnée de l'inégibilté, un cas unique aux Etats-Unis.

Manchester United roule sur Southampton
Avec cette énorme victoire, Manchester United revient à égalité de points avec Manchester City, qui se déplacera demain à Burnley. Enfin, en toute fin de match, James a fixé le score final à 9-0.

Depuis le début des débats, les élus de la Chambre des représentants, chargés de porter l'accusation contre l'ancien magnat de l'immobilier, ont déroulé un exposé implacable des faits.

"Mitch McConnell sent bien que Donald Trump reste un énorme problème pour le parti républicain", a martelé Jamie Raskin, chef des procureurs démocrates.

Le milliardaire républicain était accusé d'avoir incité ses partisans à se lancer à l'assaut du siège du Congrès, le 6 janvier 2021, pendant que les parlementaires certifiaient la victoire du démocrate. Il a rejoué d'autres extraits de son discours du 6 janvier, dans lequel l'ex-président appelle ses partisans à marcher " de manière pacifique et patriote " sur le Capitole.

Vendredi, les avocats du 45e président des Etats-Unis ont contre-attaqué dans un argumentaire concis - trois heures - et musclé.

Dégainant à leur tour des vidéos soigneusement éditées, ils ont assuré que le champ lexical combatif de Donald Trump s'inscrivait dans une "rhétorique politique ordinaire", utilisée à gauche comme à droite et protégée par le Premier amendement de la Constitution qui garantit la liberté d'expression. Selon eux, l'attaque était "horrible" mais le procès est "injuste".

Lors des audiences précédentes, des membres démocrates de la Chambre des représentants ont diffusé des enregistrements vidéo et des tweets qui, selon eux, prouvaient que Donald Trump avait ouvert la voie aux violences du 6 janvier en affirmant à de multiples reprises au cours des semaines précédentes que les résultats de l'élection présidentielle du 3 novembre étaient entachés de fraudes.

Procès en destitution de Trump : vers un acquittement dès samedi ?