Mardi, 2 Mars 2021
Dernières nouvelles
Principale » L'armée birmane tient fermement le pays au lendemain du coup d'État

L'armée birmane tient fermement le pays au lendemain du coup d'État

02 Février 2021

Le parti d'Aung San Suu Kyi, qui est soutenu par une majorité de la population, avait remporté une victoire écrasante en novembre.

Ce putsch, immédiatement condamné par plusieurs capitales étrangères, est nécessaire pour préserver la " stabilité " de l'État, ont fait savoir les militaires dans une annonce sur leur chaîne de télévision, NAME.

Depuis sa prise de contrôle de l'armée, le commandant en chef n'a jamais laissé entendre qu'il comptait changer le principe qui réserve à l'institution militaire 25% des sièges du Parlement, ou la clause de la Constitution qui empêche Aung San Suu Kyi d'être présidente.

Suu Kyi, le président du Myanmar Win Myint et d'autres dirigeants de la NLD ont été "emmenés" aux petites heures du matin, a déclaré à Reuters, le porte-parole de la NLD, Myo Nyunt, lui-même semble-t-il, arrêté après sa déclaration, puisque ne répondant plus. Plusieurs autres responsables ont aussi été interpellés, selon lui.

Aucun signe de présence militaire significative n'était toutefois visible dans la ville, capitale économique de plus de 5 millions d'habitants, preuve de la confiance des militaires dans leur emprise sur le pays, d'après des observateurs. Les télécommunications, portables et internet, étaient gravement perturbées, a relevé l'ONG spécialisée Netblocks.

Un partisan de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) à Rangoun orne sa boutique de drapeaux du parti, le 30 janvier 2021. Un coup d'État a eu lieu ce lundi 1er février.

"La transition de la Birmanie [Myanmar] vers la démocratie après cinq décennies de règne militaire a été brutalement interrompue", souligne The Straits Times Au vu de l'ampleur du coup d'État des militaires birmans, difficile d'imaginer "une issue rapide". Selon eux, le coup d'Etat va certainement provoquer la colère de la population qui a défié la pandémie de Covid-19 pour voter massivement pour Aung San Suu Kyi.

Ces joueurs d’origine africaine évoluant pour des nations européennes
C’est également le cas de l’attaquant de Liverpool Christian Benteke. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Les États-Unis et l'Australie ont rapidement réagi, appelant à la libération immédiate des dirigeants de la LND et au rétablissement de la démocratie. Pékin a appelé à un règlement des différends "dans le cadre de la Constitution".

Le président birman Win Myint (centre), le 3 novembre 2018 à Rangoun.

Il est à rappeler à ce propos que la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a retiré, en novembre 2018, à Aung San Suu Kyi la citoyenneté d'honneur de la ville, un geste "sans précédent" motivé par le silence de la dirigeante birmane sur les violences infligées aux Rohingyas.

Min Aung Hlaing, le " senior general " (son titre officiel), est toujours resté loin des cercles liés à l'activisme politique.

Le chef de l'armée Min Aung Hlaing, qui concentre désormais l'essentiel des pouvoirs, est un paria pour les capitales occidentales du fait de la répression sanglante menée par les militaires contre la minorité musulmane rohingya, un drame qui vaut à la Birmanie d'être accusé de "génocide" devant la Cour internationale de Justice (CIJ), la plus haute juridiction de l'ONU.

Il s'agissait des deuxièmes élections générales depuis 2011, année de la dissolution de la junte. Mais elle avait été contrainte à un délicat partage du pouvoir avec l'armée qui contrôle trois ministères clés (l'Intérieur, la Défense et les Frontières).

"La relation entre le gouvernement et les militaires était compliquée".

L'armée birmane tient fermement le pays au lendemain du coup d'État