Jeudi, 25 Février 2021
Dernières nouvelles
Principale » Qui était Mohsen Fakhrizadeh, le physicien nucléaire assassiné — Iran

Qui était Mohsen Fakhrizadeh, le physicien nucléaire assassiné — Iran

01 Décembre 2020

Mohsen Fakhrizadeh, le scientifique iranien dont l'assassinat vendredi est attribué à Israël, fait partie de ces hommes qui accèdent à une notoriété posthume.

Ces sanctions ont été levées après l'entrée en vigueur de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Allemagne).

Dans des interviews vidéo données à des médias iraniens devant les lieux de l'enterrement de ce physicien nucléaire, l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale est revenu sur les circonstances de l'attaque.

"Lors de la cérémonie d'inhumation de Mohsen Fakhrizadeh, le ministre iranien de la Défense Amir Hatami a promis une " vengeance terrible " et a assuré que l'élimination du " scientifique " ne " fera qu'accélérer le rythme du programme nucléaire", aveu de plus qu'il ne s'agit pas d'un programme civil comme l'affirment mensongèrement les dirigeants iraniens face à la communauté internationale.

Ce n'est qu'après la mort de Fakhrizadeh que le général Hatami a révélé que ce savant atomiste était l'un de ses vice-ministres et chef de l'Organisation de la recherche et de l'innovation en matière de défense (Sépand selon l'acronyme en persan). Quel rôle exact jouait ce physicien nucléaire à la barbe grisonnante, aux épaules carrées et bedonnant, âgé de 59 ans selon la presse iranienne? Et Mohsen Fakhrizadeh était depuis longtemps dans leur radar. Des médias américains l'ont qualifié de " cible numéro 1 du Mossad ", l'agence de renseignements israélienne, et de " cerveau du programme nucléaire iranien ". Dans un communiqué, ils réclament aussi l'adoption d'une loi par laquelle l'Iran cesserait d'autoriser l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à inspecter ses installations nucléaires. Selon le vice-président iranien Ali Akbar Saléhi, chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Fakhrizadeh avait obtenu un doctorat en "physique et ingénierie nucléaire" et avait travaillé pour sa thèse avec Fereydoun Abbassi Davani, ex-chef de l'OIEA lui-même visé par une tentative d'assassinat en 2010. Ou, comme l'affirmait le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en avril 2018, le chef d'un programme nucléaire secret à vocation militaire dont Téhéran a toujours nié l'existence?

Marches "des libertés" : 98 policiers et gendarmes blessés, selon Gérald Darmanin
Installé en France depuis près de trois ans, le photographe de 24 ans couvrait la manifestation parisienne place de la Bastille, à titre indépendant.

Le président américain Donald Trump a retiré unilatéralement son pays de l'accord en 2018, trois ans après la conclusion à Vienne de ce pacte auquel Benyamin Netanyahu est hostile.

Mais il disposera de peu de temps entre sa prise de fonctions (le 20 janvier) et la présidentielle iranienne (18 juin), pour laquelle les conservateurs partent favoris après leur victoire écrasante aux législatives de février aux dépens de l'alliance des modérés et réformateurs soutenant M. Rouhani.

Il a "travaillé dans tous les domaines à supporter les activités nucléaires du pays", notamment dans celui de "l'enrichissement" de l'uranium, a poursuivi l'ancien chef de l'OEIA, c'était "un gestionnaire compétent et un scientifique prestigieux, et il peut être élevé au même rang que le martyr Soleimani [le général Qassem Soleimani éliminé en janvier par Washington était commandant des Gardiens de la Révolution] dans le domaine des sciences et techniques". Washington n'a pas commenté officiellement cette opération, mais le président sortant Donald Trump a retweeté un article et des commentaires sur l'affaire.Trump avait sorti son pays de l'accord international sur le nucléaire iranien, au nom d'une politique de "pression maximale" contre l'Iran, que son gouvernement est déterminé à appliquer jusqu'à la fin de son mandat. "Je demande [aux responsables] de poursuivre sur la voie qu'il a tracée afin que son sang n'ait pas été versé en vain".

"Nous avons pris connaissance de l'attaque qui a coûté la vie à M. Fakhrizadeh avec préoccupation".

Qui était Mohsen Fakhrizadeh, le physicien nucléaire assassiné — Iran