Jeudi, 25 Février 2021
Dernières nouvelles
Principale » Hong Kong : tous les députés pro-démocratie vont démissionner

Hong Kong : tous les députés pro-démocratie vont démissionner

23 Novembre 2020

Réagissant aux démissions, le Bureau des affaires de Hong Kong et de Macao a dénoncé un acte de plus de " confrontation obstinée des députés Pro-démocratie contre le gouvernement central et un défi flagrant au pouvoir ".

Ce mercredi matin, quatre députés pro-démocratie de Hong Kong ont été démis de leur mandat après l'autorisation accordée aux autorités locales, par l'un des principaux comités législatifs de Chine, de révoquer tout législateur considéré comme constituant une menace pour la sécurité nationale sans même passer devant une juridiction. L'ensemble des députés pro-démocratie de l'archipel ont annoncé, mercredi 11 novembre, leur démission prochaine.

Ces démissions sont le dernier coup porté au camp pro-démocratie qui fait l'objet d'attaques incessantes depuis que Pékin a imposé fin juin une loi sur la sécurité nationale. De nombreux militants ont depuis été arrêtés alors que d'autres ont choisi l'exil.

Les États-Unis ont annoncé lundi de nouvelles sanctions contre quatre responsables de Hong Kong supplémentaires accusés de restreindre les libertés dans le territoire sous la pression de la Chine.

COVID-19 : 1189 nouveaux cas au Québec
Québec fait état dimanche de 1154 nouveaux cas de COVID, de 23 nouveaux décès et d'une baisse de 4 hospitalisations. La situation demeure préoccupante au Saguenay?Lac-Saint-Jean, où les autorités rapportent 161 cas supplémentaires.

Les Etats-Unis ont menacé mercredi la Chine de nouvelles sanctions pour avoir selon eux "violé de manière flagrante" l'autonomie de l'ex-colonie britannique. Donald Trump a mis fin au statut commercial préférentiel dont bénéficiait le territoire pour protester contre la loi chinoise sur la sécurité nationale. Mais la moitié du LegCo est élue au suffrage universel direct, ce qui offre aux Hongkongais une opportunité rare d'avoir leur mot à dire sur la conduite des affaires de la ville.

L'Union européenne suit de près la situation politique à Hong Kong, suite à l'imposition de la loi sur la sécurité nationale le 30 juin et au report de douze mois des élections du Conseil législatif qui devaient avoir lieu le 6 septembre. Les autres législateurs sont principalement désignés par des groupes socio-professionnels acquis à la Chine continentale.

La répression à Hong Kong s'est matérialisée par l'entrée en vigueur cet été d'une loi drastique sur la sécurité nationale, qui a été imposée par Pékin sans vote au LegCo, un texte qualifié de liberticide par ses détracteurs. L'impossibilité pour les Hongkongais d'élire leurs dirigeants ainsi que l'ensemble de leurs députés était au coeur de leur mouvement de contestation.

" Cette décision arbitraire de Pékin porte atteinte de façon significative à l'autonomie de Hong Kong selon le principe (un pays, deux systèmes) ainsi qu'à la protection des droits fondamentaux et aux libertés à Hong Kong, contrairement aux engagements internationaux de la Chine", a-t-il ajouté.

Hong Kong : tous les députés pro-démocratie vont démissionner