Jeudi, 26 Novembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Coronavirus : pour Emmanuel Macron, "il n'est pas question de déconfiner"

Coronavirus : pour Emmanuel Macron, "il n'est pas question de déconfiner"

22 Novembre 2020

Aujourd'hui, le niveau de circulation du virus dans le pays est le même qu'au moment du couvre feu.

Malgré la succession de crises, Emmanuel Macron (41% de satisfaits) fait mieux que ses prédécesseurs à la même période de leur quinquennat, selon le baromètre Ifop pour le JDD.

"C'est difficile, car la pandémie est par essence imprévisible et mondiale", explique-t-il, "mais c'est la clé de la confiance, qui elle-même est la clé du succès". "Il y aura une deuxième série de décisions qui sera prise vers le 20 décembre", a-t-il poursuivi.

La popularité d'Emmanuel Macron à ce stade de son mandat est, selon cette étude, supérieure à celle de ses prédécesseurs immédiats Nicolas Sarkozy (32%) et François Hollande (27%).

Comme à chaque étape depuis le premier confinement en mars, le chef de l'Etat devra trancher en s'efforçant de concilier les impératifs de protection sanitaire et ceux de l'économie, sans parler du moral de la population de plus en plus affecté par de longs mois de vie "normale" mise entre parenthèses. Les crises peuvent être, à la fin, des accélérateurs de progrès.

Tennis. Djokovic complète le dernier carré
Zverev a opposé une plus forte résistance à la deuxième manche et il a pris les devants 2-0 au bris d'égalité. Il a ainsi mené 2/0 dans le tie-break mais fut bien trop attentiste sur le point suivant.

Gabriel Attal poursuit: " Les assouplissements se feront en trois étapes au regard de l'évolution sanitaire et des risques liés à certaines activités: d'abord autour du 1er décembre, puis avant les congés de fin d'année, puis à partir de janvier 2021 ". En revanche, "certains établissements, comme les bars et restaurants, continueront à connaître des restrictions", souligne Gabriel Attal. "Le confinement va se poursuivre et donc la limitation des déplacements aussi", ajoute le membre du gouvernement, qui exclut une réouverture rapide des bars et restaurants. Une attestation pour se déplacer sera toujours nécessaire au-delà du 1 décembre, avait déjà indiqué le Premier ministre Jean Castex.

Dans le JDD, le porte-parole juge par ailleurs "intéressante", "à titre personnel", la possibilité de rendre obligatoire l'isolement des cas positifs et des cas contacts.

Beaucoup de nos voisins l'ont fait et j'entends des Français qui estiment subir des contraintes qui pourraient être allégées si nous concentrons les efforts sur les chaînes de contamination.

Le ralentissement de l'épidémie de COVID-19 s'est confirmé samedi en France, où le nombre de contaminations décelées en 24 heures s'est élevé à 17.881, soit 5.000 de moins que la veille, selon des données officielles.

Il critique enfin les oppositions qui, "à défaut d'un esprit constructif " se sont "retrouvées au sein d'un conseil de défiance ".

Coronavirus : pour Emmanuel Macron,