Jeudi, 26 Novembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Trump voulait attaquer l'Iran la semaine dernière, mais a été dissuadé — Reports

Trump voulait attaquer l'Iran la semaine dernière, mais a été dissuadé — Reports

21 Novembre 2020

La Maison Blanche n'a fait aucune déclaration à ce sujet.

Le New York Times rappelle qu'à la fin du mandat de George W. Bush en 2008, une attaque contre l'Iran était également débattue à la demande d'Israël.

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, le vice-président Mike Pense, le secrétaire par intérim à la Défense Christopher Miller ainsi que le chef d'état-major Mark Milley auraient dissuadé Trump en avertissant qu'une telle frappe causerait un conflit à grande échelle et pourrait accroître la tension avec l'Iran.

L'Iran a exhorté Washington à mettre fin à sa guerre économique contre Téhéran.

Les Européens tentent de sauver l'accord de Vienne, au moins jusqu'à l'entrée en fonction de Joe Biden, gagnant de la présidentielle américaine du 3 novembre dont Donald Trump n'a toujours pas reconnu la victoire et qui devrait renouer avec la diplomatie. Cette réunion de travail aurait fait suite à la diffusion d'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) désignant le site de Natanz comme un lieu de stockage de minerai radioactif. Avant les élections américaines, Biden a annoncé qu'il rejoindrait l' accord nucléaire de 2015 signé avec l'Iran s'il gagnait.

Le arbitres jubilent après la sanction contre Kita — FC Nantes
Le 31 octobre dernier, le PSG s'était imposé sur la pelouse du FC Nantes (3-0) dans le cadre de la neuvième journée de Ligue 1 grâce à des réalisations d'Ander Herrera, Kylian Mbappé et Pablo Sarabia.

Cet épisode en dit long sur l'état d'esprit du président américain sur le départ: voudrait-il laisser un cadeau empoisonné à son successeur?

Dans son édition de ce lundi 16 novembre, le "New-York Times " révèle une anecdote, si l'on peut dire, qui confirme que Donald Trump entend jouir de son statut d'homme le plus puissant du monde jusqu'au dernier jour, et quelles qu'en soient les conséquences...

Depuis que le président sortant a limogé le secrétaire à la Défense Mark Esper et d'autres hauts collaborateurs du Pentagone la semaine dernière, plusieurs au département de la Défense et d'autres responsables de la sécurité nationale ont exprimé en privé leur inquiétude quant au fait que le président pourrait lancer des opérations, ouvertes ou secrètes, contre l'Iran ou d'autres adversaires avant de tirer sa révérence. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a formellement informé le Congrès de la vente incluant 50 chasseurs furtifs, des drones et des munitions aux Émirats arabes unis le 10 novembre. Mais l'État hébreu a consenti à cette transaction, favorisant d'une pierre deux coups, la normalisation de ses relations diplomatiques avec les Émirats, et une menace de plus pour son ennemi iranien.

La promesse du nouveau président américain satisfait les autres signataires de l'accord, "qui étaient furieux que Donald Trump en soit sorti il y a deux ans".

Trump voulait attaquer l'Iran la semaine dernière, mais a été dissuadé — Reports