Mardi, 1 Décembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Washington réduit sa présence militaire en Afghanistan et en Irak

Washington réduit sa présence militaire en Afghanistan et en Irak

19 Novembre 2020

Donald Trump, battu à l'élection présidentielle par le démocrate Joe Biden, mais en fonction jusqu'au mois de janvier 2021, avait promis de mettre un terme aux "guerres sans fin" en réduisant le nombre de soldats américains en Afghanistan.

Environ 2.000 militaires se seront retirés d'Afghanistan le 15 janvier, et 500 autres quitteront l'Irak pour ne laisser que 2.500 soldats dans chaque pays, a annoncé mardi le nouveau ministre américain de la Défense par intérim, Christopher Miller.

"D'ici mai, le président Trump espère ramener tous les militaires en sécurité", a pour sa part indiqué le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, Robert O'Brien. Cette décision reflète le souhait du président américain de " mettre fin avec succès et responsabilité aux guerres en Afghanistan et en Irak et de ramener nos courageux soldats à la maison", a noté Christopher Miller.

Cette annonce de la poursuite du retrait des forces américaines sur les théâtres d'opérations extérieures suscite la crainte, dans de nombreux pays et pour de nombreux alliés des Américains, d'une résurgence des groupes terroristes.

Avant d'être limogé par Donald Trump le 9 novembre, l'ex-secrétaire à la Défense Mark Esper avait insisté sur un minimum de 4500 soldats en Afghanistan, jusqu'à ce que les talibans démontrent une réduction de la violence sur le terrain.

Et si le " califat " autoproclamé du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie s'est finalement effondré en mars 2019, les jihadistes continuent de semer la terreur.

Animal Crossing New Horizons dévoile sa mise à jour d’hiver
De même, l'attitude que l'on adopte à l'égard du jeu pourrait avoir une incidence sur son impact mental. Et c'est choquant pour moi, le risque de réputation que tout le monde prend, compte tenu des enjeux.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, avait estimé lundi que les Etats-Unis "abandonneraient" leurs alliés en cas de retrait prématuré. "Pour l'Otan, l'Afghanistan pourrait " redevenir une base pour les terroristes internationaux ", et un retrait précipité aurait " un prix très élevé ".

"M. Miller a précisé avoir parlé à M. Stoltenberg et au président afghan Ashraf Ghani".

"J'ai également parlé avec nos commandants militaires et nous exécuterons ce repositionnement d'une manière qui protège nos combattants, nos partenaires dans la communauté du renseignement et le corps diplomatique, et nos superbes alliés qui sont essentiels à la reconstruction des capacités de sécurité afghanes et irakiennes et la société civile pour une paix durable dans ces endroits troublés.", a déclaré Miller. Nous continuons à nous tenir à ses côtés à un moment où son gouvernement travaille à un règlement négocié pour la paix " avec les talibans. L'administration Trump avait précédemment signé un accord avec les dirigeants talibans promettant un retrait complet des troupes d'Afghanistan d'ici la mi-2021 s'ils maintenaient les mesures de contre-terrorisme convenues.

"Al-Qaïda est en Afghanistan depuis des décennies et nous serions idiots de dire qu'ils vont s'en aller demain", a expliqué un haut responsable du Pentagone peu avant l'annonce de M. Miller.

La France, où le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo se trouvait ces derniers jours, avait fait savoir la semaine passée via son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qu'elle n'était pas favorable à un retrait unilatéral des forces américaines présentes dans ces deux pays. Elle a été revendiquée par l'EI mais le gouvernement a accusé les talibans d'en avoir été les instigateurs.

Washington réduit sa présence militaire en Afghanistan et en Irak