Jeudi, 26 Novembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Union européenne. La Pologne et la Hongrie peuvent perdre gros

Union européenne. La Pologne et la Hongrie peuvent perdre gros

19 Novembre 2020

Depuis 2015, la Hongrie s'oppose à toute disposition rendant obligatoire l'accueil et la répartition des réfugiés arrivés en Grèce et en Italie, malgré la suprématie du droit communautaire, qu'elle a acceptée en intégrant l'Union européenne (UE) en 2004.

Ce coup d'arrêt sera peut-être vite contourné - c'est en tout cas l'impression que l'Allemagne, qui assume la présidence tournante de l'UE, veut donner. À l'époque le président du Conseil Européen Charles Michel se félicitait: "Pour la première fois dans l'histoire européenne, le budget est lié aux objectifs climatiques, et pour la première fois, le respect de l'État de droit devienne une condition pour l'octroi des fonds". Il doit être entériné à la majorité qualifiée des Etats-donc sans eux.

Le projet de budget de l'UE pour la période 2021-2027 approuvé en juillet par les " 27", qui s'élève à 1.100 milliards d'euros, est assorti d'un fonds de relance de 750 milliards pour aider les Etats membres à faire face aux conséquences de la crise du coronavirus.

Mais, dans le même temps, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a enfin laissé apparaître ce qui pourrait constituer la voie d'une sortie de crise. Il évoque la création d'une possibilité de recours juridique contre la suspension des fonds européens et la mise en place de critères objectifs sur ce qui constitue une violation de l'État de droit.

La tempête tropicale Iota entre au Honduras (vidéo)
Les chefs d'Etat des pays d'Amérique centrale accusent les pays industrialisés d'être responsables du réchauffement climatique. Ils ont présenté conjointement lundi une demande d'aides pour la reconstruction aux organismes financiers internationaux.

L'UE étudie de possibles "clarifications techniques" mais "nous regarderons, s'il le faut en dernier ressort, comment avancer sans les pays qui bloquent", a prévenu le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune. "Quand vous voyez les positions de la Pologne et de la Hongrie sur les migrations, le climat, l'Etat de droit, le budget, ça fait pas mal de sujets où ils ont des difficultés".

Alors que la Hongrie a posé lundi son veto au plan de relance européen, le chef du gouvernement hongrois, un nationaliste anti immigration a estimé il n'y aurait " plus d'obstacles à lier les États membres à des mécanismes communs de soutien à l'immigration " s'il venait à être adopté. Celui-ci " permettrait de conditionner le versement des fonds européens au respect d'un certain nombre de principes découlant des traités, dont l'indépendance de la justice, le refus de l'arbitraire, l'obstruction aux enquêtes pour corruption, etc. ", continue l'hebdomadaire. "Demandons-leur ce qu'ils veulent de cette Union!", ironise un diplomate.

Aucune solution n'est attendue jeudi: cette réunion prévue pour durer trois heures sera "l'occasion d'un échange de vues", mais "le manque de contact physique est un désavantage" et interdit les apartés décisifs, rappelle une source européenne.

Union européenne. La Pologne et la Hongrie peuvent perdre gros