Jeudi, 26 Novembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Brigitte Bardot vole au secours du chien Curtis — Mort d’Elisa Pilarski

Brigitte Bardot vole au secours du chien Curtis — Mort d’Elisa Pilarski

18 Novembre 2020

"La peine de mort a été abolie en France, elle ne doit pas être prononcée à l'encontre de Curtis dont la culpabilité est loin d'être établie même si elle arrange tout le monde", écrit Brigitte Bardot avec une lettre de deux pages, publiée sur Twitter.

Il y a un an, Elisa Pilarski était retrouvée morte en forêt de Retz dans l'Aisne, couverte de morsures.

Rappelant également que le 24 février dernier, Frédérique Trinh (qui n'est plus procureur de la République de Soissons aujourd'hui, ndlr), déclarait dans un communiqué basé sur le rapport d'autopsie que "le décès de Madame Pilarski est survenu après un choc hémorragique consécutif à de multiples plaies, dont les caractéristiques suggéraient l'action d'un ou, plus probablement, de plusieurs chiens au regard de la répartition des plaies, de leurs différences de morphologies et de leurs profondeurs".

Dans une lettre rendue publique ce lundi, la comédienne âgée de 86 ans demande au ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti d'intervenir pour que Curtis ne soit pas euthanasié. Les expertises réalisées, soit les tests ADN et les expertises vétérinaires, "tendent à démontrer l'implication exclusive" de Curtis, chien de son compagnon, un American Pitbull Terrier provenant d'un élevage des Pays-Bas sans "qu'aucun élément" ne mette en cause les chiens de chasse à courre, présent dans les parages du drame ce jour-là.

Éléphants de Côte d’Ivoire: Le gros souci de Patrice Beaumelle
Pour ne rien arranger, les hommes de Sébastien Baumelle perdent leur attaquant Jonathan Kodja dès la 23e minute de jeu. La révolte Malgache ne se fit pas attendre avec la réduction du score de Voavy sur une belle frappe croisée (59e).

"Je connais votre passion et votre militantisme pour la chasse, la corrida et autres pratiques que je dénonce, je fais appel non pas à l'homme mais au ministre".

Malgré ces derniers développements, Brigitte Bardot souligne dans sa lettre que les accidents de chasse à courre peuvent être "fréquents", et insiste sur la dangerosité d'une "meute livrée à elle-même".

L'ancienne actrice y prend la défense du chien Curtis, le décrivant comme "le coupable idéal", et en appelle directement au ministre de la Justice pour dissiper les "zones d'ombres" qui entourent selon elle l'affaire. "Curtis est innocent. Il n'aurait jamais tué Elisa", a assuré le jeune homme évoquant un animal "entré en règle en France avec un passeport européen, avec tous ses vaccins" et qui n'avait "jamais eu d'agressivité envers moi, envers Elisa, envers des enfants".

Dans la même veine, le compagnon d'Elisa Pilarski, Christophe Ellul, avait pris la défense de son chien.

Brigitte Bardot vole au secours du chien Curtis — Mort d’Elisa Pilarski