Mardi, 1 Décembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Une pétition d'élus et de personnalités pour un "Noël sans Amazon"

Une pétition d'élus et de personnalités pour un "Noël sans Amazon"

17 Novembre 2020

"Cher Père Noël, cette année, nous prenons l'engagement d'un #NoëlSansAmazon", avancent les signataires de la pétition.

Des élus de gauche et écologistes comme Anne Hidalgo (PS) ou Eric Piolle (EELV), des personnalités du monde de la culture et des associations se sont associés à une pétition lancée mardi, pour s'engager à ne pas recourir à la plateforme Amazon pendant la période de Noël.

Les pétitionnaires qui dressent un sombre tableau des conséquences sociales, fiscales et environnementales du développement d'Amazon, plaident pour privilégier le recours aux commerces de proximité ou à l'économie circulaire pour les cadeaux de Noël.

Parmi eux des députés et patrons de collectivités de gauche et écologistes comme l'ex-ministre de l'Environnement, Delphine Batho, l'ex-LREM Matthieu Orphelin, François Ruffin (LFI), les maires de Paris, Grenoble et Poitiers, Anne Hidalgo (PS), Eric Piolle (EELV) et Léonore Moncond'huy (EELV), le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard (EELV) ou Carole Delga, présidente PS de la région Occitanie. "Ce n'est pas qu'un appel à ne pas commander sur Amazon, c'est aussi une pétition positive au bénéfice des commerçants de proximité et d'un e-commerce plus durable", avance Matthieu Orphelin. Les premiers signataires de la tribune publiée par franceinfo, lundi 16 novembre, sont des responsables de la CGT, FSU, Attac, Greenpeace, Agir pour l'environnement, Confédération paysanne, Amis de la Terre, mais aussi des libraires ou des éditeurs, des maires, députés, sénateurs ou conseillers municipaux FI, PCF, EELV, PS. Ils appellent à "stopper Amazon".

Wall Street démarre en ordre dispersé
Le Nasdaq Composite, pour sa part, a avancé de 232,58 points (2,01%) à 11 786,43 points. La veille, le Dow Jones avait perdu 0,08% à 29.397,63 points.

"Ils exigent, dans un premier temps, l'instauration d'une " taxe exceptionnelle " sur le chiffre d'affaires d'Amazon et des " autres profiteurs de la crise", qui permettrait de " financer les mesures de préservation de l'emploi et le fonds de solidarité pour les commerces de proximité ". Les 150 citoyens de la Convention avaient proposé un moratoire sur la construction de nouvelles surfaces commerciales, mais le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, et son gouvernement " font tout pour que les entrepôts de e-commerce en soient exclus", déplorent les signataires de la tribune. C'est ça l'enjeu. J'en appelle aussi à la responsabilité des Français.

Dénonçant les dégâts sociaux et environnementaux de l'entreprise américaine, ils estiment que la mise en place de cette taxe est "indispensable".

La ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, juge qu'il "serait idéal de pouvoir permettre quelques réouvertures" de commerces le 1er décembre, mais elle a souligné que l'"on n'y est pas encore", lundi sur France Info. Selon eux, le "développement accéléré (d'Amazon) se fait aux dépens des engagements climatiques de notre pays", mais aussi des "revendications salariales" qui "sont balayées d'un revers de main".

Une pétition d'élus et de personnalités pour un