Jeudi, 26 Novembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » " "L'Arménie demande l'aide de la Russie pour assurer " sa sécurité " — Nagorny Karabakh

" "L'Arménie demande l'aide de la Russie pour assurer " sa sécurité " — Nagorny Karabakh

31 Octobre 2020

Cette annonce intervient peu après des rencontres séparées à Genève de ces responsables avec les co-présidents du groupe de Minsk de l'OSCE (Russie, France, États-Unis), principal médiateur international dans le conflit au Nagorny Karabakh, région sécessionniste azerbaïdjanaise peuplée aujourd'hui quasi-exclusivement d'Arméniens et dont Bakou veut reprendre le contrôle.

La région de Barda, qui est située au centre de l'Azerbaïdjan, aurait été attaquée pour la deuxième journée consécutive après que quatre civils ont été tués et 13 autres blessés mardi dans une présumée frappe de missile de la partie arménienne, ce qu'Erevan a également démenti.

Ces deux attaques et ces accusations mutuelles interviennent deux jours après l'échec d'un cessez-le-feu signé sous l'égide des États-Unis, censé être effectif lundi, mais rompu quasiment dès son entrée en vigueur.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev avait indiqué plus tôt cette semaine ne pas s'opposer à une nouvelle cession de pourparlers à Genève, mais a semblé minimiser leur importance.

Ces pertes sont les pires parmi les civils azerbaïdjanais depuis la mort de 13 personnes dans des bombardements le 17 octobre sur Gandja, la deuxième ville du pays.

Rejetant la responsabilité de ces frappes, l'Arménie assure en revanche que les forces azerbaïdjanaises ont bombardé les villes de Martouni et Choucha, au Nagorny Karabakh, tuant un civil et en blessant deux autres.

AMD : les Radeon RX 6000 dévoilées, le retour d'un concurrent pour Nvidia ?
Le DLSS en particulier peut améliorer considérablement les performances, souvent sans sacrifier une qualité d'image notable. Sur le plan des fonctionnalités, AMD a également parlé d'une mise à niveau de sa technologie de réduction de la latence.

Suite aux attaques arméniennes, l'armée azerbaïdjanaise a lancé une opération, le 27 septembre, pour libérer ses territoires occupés dans le Haut-Karabagh. Jusqu'ici, trois tentatives de trêve humanitaires ont volé aux éclats.

Les autorités du Haut-Karabakh, non reconnues par la communauté internationale, affirment pour leur part avoir déjoué des offensives ennemies et accusent l'Azerbaïdjan d'avoir repris le bombardement de zones résidentielles dans l'enclave.

Lundi, l'Arménie avait reconnu avoir perdu le contrôle de la ville stratégique de Goubadly, dans le sud du Nagorny-Karabakh, alors que les forces azerbaïdjanaises se rapprochent dangereusement d'une route vitale reliant l'Arménie et la région sécessionniste.

Selon des bilans partiels, plus de 1.250 personnes dont plus de 130 civils ont été tuées au cours de ces affrontements, les pires depuis la guerre des années 1990. Le président russe Vladimir Poutine, dont le pays fait traditionnellement office d'arbitre dans la région, a lui évoqué un bilan s'approchant de 5000 morts.

Cette demande s'effectue sur la base de l'article 39 de son règlement qui lui permet de prendre des mesures d'urgence lorsqu'il y a un risque imminent de dommage irréparable.