Mardi, 19 Octobre 2021
Dernières nouvelles
Principale » Erdogan ne croit pas au cessez-le-feu — Libye

Erdogan ne croit pas au cessez-le-feu — Libye

24 Octobre 2020

Le GNA, basé à Tripoli, est le seul gouvernement reconnu légitime par l'ONU, alors que l'exécutif rival de Khalifa Haftar, qui tient l'est (où se concentrent la majorité des gisements de pétrole) et est basé essentiellement à Benghazi et Tobrouk, est soutenu par une partie du Parlement élu. Mais selon le président turc, Tayip Erdogan, partie prenante dans le conflit, cet accord n'était pas fait pour durer. La diplomate américaine, représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies et cheffe de la Manul (Mission d'appui des Nations unies en Libye), a évoqué lors d'un point de presse un climat "de sérieux et d'engagement" de la part des parties libyennes, qui sont à leur 4e round de négociations dans le cadre de cette commission issue de la Déclaration de Berlin du 19 janvier 2020. Pour Erdogan parce que l'accord n'avait pas été conclu à un haut niveau, il n'avait que peu de chances d'être suivi sur le terrain. Pour la population, épuisée par les combats et les divisions, c'est une lueur d'espoir qui permettra aux familles de pouvoir se retrouver après des mois de séparation forcée.

Plus tard dans la journée, la diplomatie française a salué un accord qui "montre l'aspiration de tous les Libyens à la souveraineté, face aux ingérences extérieures". "Cet accord marque une étape importante vers une Libye souveraine, stable et unie", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll, saluant "le sens des responsabilités" des Libyens.

Les deux parties ont aussi convenu d'accroître la production de pétrole, en demandant, selon Mme Williams, à leur commandants "de travailler avec le représentant de la National Oil Corporation (NOC, la compagnie publique) pour proposer une restructuration des gardes des installations pétrolières".

Depuis la levée en septembre du blocus imposé par les pro-Haftar à ces sites, la production pétrolière de la Libye, qui dispose des réserves pétrolières les plus abondantes d'Afrique, a repris et est en nette progression. Celles-ci se sont accélérées ces dernières semaines en vue de définir les conditions d'un cessez-le-feu durable à ce qu'il est convenu d'appeler la deuxième guerre civile libyenne, déclenchée en 2014.

Changement d'heure : ce dimanche à 3 heures, il sera 2 heures
Mais comme le note Le Figaro , les ministres du Conseil européen n'avaient pas trouvé d'accord en 2018, ni en 2019. Mais le projet est pour l'instant bloqué par le Conseil de l'Union Européenne, qui ne l'a toujours pas adopté.

Toujours dans ce contexte d'apaisement, Mme Williams a indiqué que les deux camps avaient accepté de "mettre fin à la rhétorique haineuse" dans les médias et sur les réseaux sociaux, d'oeuvrer pour un maintien du calme sur la ligne de front et pour soutenir les efforts pour la libération de prisonniers.

"La route a été longue et difficile par moments".

"Aujourd'hui est un bon jour pour le peuple libyen".

Erdogan ne croit pas au cessez-le-feu — Libye