Samedi, 31 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Johnson appelle à se préparer à un 'no deal — Brexit

Johnson appelle à se préparer à un 'no deal — Brexit

16 Octobre 2020

Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré que le Royaume-Uni s'apprêtait maintenant à quitter le marché unique et l'union douanière de l'Union européenne sans qu'un nouvel accord de libre-échange soit en place, reprochant à l'Union de refuser d'offrir des conditions suffisamment favorables.

Depuis que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, les pourparlers entre Londres et Bruxelles pour un accord de libre-échange, lequel entrerait en vigueur à l'issue de la période de transition, le 1er janvier 2021, patinent.

Mais le langage utilisé dans la déclaration de l'UE a bouleversé les responsables à Londres, après que Bruxelles a appelé le Royaume-Uni " à prendre les mesures nécessaires pour rendre un accord possible ". "L'Union européenne continue à oeuvrer pour un accord, mais pas à n'importe quel prix".

C'est la première fois que les dirigeants européens se retrouvaient entre eux pour évoquer spécifiquement le Brexit depuis le début en mars des négociations commerciales.

"Les négociations commerciales sont terminées: l'UE y a mis fin de facto en disant qu'elle ne voulait pas changer de position de négociation", a-t-il dit.

Du côté de l'UE, Emmanuel Macron a précisé "qu'un mauvais accord, c'est plus grave qu'un no deal" en se défendant de faire le jeu des "Brexiters". Il n'y a d'intérêt à une visite à Londres (du négociateur européen) Michel Barnier que s'il est prêt à discuter de manière accélérée (...) sans que le Royaume-Uni ait à faire toutes les concessions (...).

De son côté, Boris Johnson a également fait part de sa volonté de voir les deux parties obtenir un accord, concédant, cependant, que peu de progrès ont été réalisés dans les négociations post-Brexit.

Plus de 30 000 nouveaux cas en 24 heures en France
Pour la première fois depuis le début de la crise, un pays européen a donc franchi le seuil symbolique des 30.000 cas quotidiens. Les services de réanimation traitent 77 patients supplémentaires depuis la veille, pour un total de 1.750.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré pour sa part que le bloc communautaire continuait à rechercher un accord sur le Brexit.

Michel Barnier a ensuite annoncé en conférence de presse qu'il souhaitait continuer à négocier la semaine prochaine à Londres, puis la suivante à Bruxelles, et ce de manière " intensive ".

Avant le sommet de l'UE, Boris Johnson a eu une conversation téléphonique avec le président français Emmanuel Macron, au sujet d'un accord à conclure dès octobre pour garantir un laps de temps avant la ratification.

Le blocage se cristallise sur trois points: le respect des règles garantissant une concurrence non faussée, la gouvernance à mettre en place en cas de litige et la pêche.

Un accord sur la relation commerciale post-Brexit nécessite " des efforts, en particulier du Royaume-Uni", a-t-il ajouté, en affirmant que le Royaume-Uni " a encore plus besoin que nous d'un accord ". Lors d'un point de presse, il a déclaré que les négociations avec Londres ne butaient pas uniquement sur la question de la pêche mais sur tous les sujets.

Boris Johnson a affirmé à plusieurs reprises que sa préférence allait à un accord, mais que son pays pourrait aussi s'en sortir sans, ce qui ferait peser des incertitudes sur 900 milliards de dollars (768 milliards d'euros) de transactions bilatérales annuelles.

Johnson appelle à se préparer à un 'no deal — Brexit