Samedi, 31 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » La négociation post-Brexit sous pression, von der Leyen va parler à Johnson

La négociation post-Brexit sous pression, von der Leyen va parler à Johnson

15 Octobre 2020

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré samedi au président français Emmanuel Macron que Londres explorerait toutes les pistes possibles pour aboutir à un accord commercial après le 1er janvier mais que des progrès devaient être accomplis dans les prochains jours pour régler les différends, notamment sur le dossier de la pêche.

Coup de fil de la dernière chance?

Les Européens, qui se sont toujours fixé fin octobre pour trouver un accord, ont de leur côté clairement indiqué mardi que l'aboutissement des négociations nécessiterait encore plusieurs semaines. Il y a quelques semaines, il a ensuite minimisé cette date butoir en précisant qu'un signe fort vers un accord serait suffisant pour satisfaire les Britanniques à ce stade. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a laissé entendre hier à l'Assemblée nationale que dépasser mi-novembre reviendrait techniquement à rendre l'accord impossible et précipiterait dès lors une sortie du Royaume Uni de l'UE sans accord.

Depuis que le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne le 31 janvier, les négociations entre Londres et Bruxelles pour conclure un accord de libre-échange patinent. Et les deux parties s'accusent mutuellement de laisser planer le risque d'un "no deal" potentiellement dévastateur pour leurs économies. Mais assuré que l'UE ne quitterait pas d'elle-même la table des négociations.

Le Rally Monza rejoint le calendrier du WRC!
Le Belge, au volant de sa Hyundai, accuse un retard de 35.2 secondes sur son équipier espagnol Dani Sordo . Le Finlandais Teemu Suninen (M-Sport Ford) est 2e.

Cette annonce fait suite à un entretien avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et celui du Conseil européen, Charles Michel, qui n'a pas semblé donner un nouvel élan à des discussions enlisées depuis des mois, l'UE soulignant qu'elle n'était pas prête à un accord "à n'importe quel prix".

Si des progrès ont été enregistrés avec les Britanniques sur les conditions de concurrence, la question de la pêche, explosive pour une poignée d'Etats membres (France, Belgique, Pays-Bas, Irlande, Danemark), reste dans l'impasse. "Entre le 15 octobre et la mi-novembre, tout doit se jouer", a-t-il prévenu mardi.

L'activité ne représente pourtant qu'une part négligeable de l'économie des 27 et du Royaume-Uni: les Européens pêchent chaque année pour 635 millions d'euros dans les eaux britanniques et les Britanniques pour 110 millions d'euros dans l'UE.

La négociation post-Brexit sous pression, von der Leyen va parler à Johnson