Vendredi, 30 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Deux jours après l’attaque, la police fait bloc à Champigny-sur-Marne

Deux jours après l’attaque, la police fait bloc à Champigny-sur-Marne

13 Octobre 2020

"Ils ont attaqué un sanctuaire, c'est quoi la prochaine étape?"

"L'attaque d'un commissariat de Champigny-sur-Marne samedi soir par une quarantaine de personnes aux tirs de mortiers d'artifice, visait à " casser les symboles de la République " et à " casser du flic", pour le ministre de l'Intérieur qui a annoncé que les syndicats policiers serait reçu par le chef de l'Etat jeudi.

Derrière une banderole "notre sécurité a un prix ", plusieurs dizaines de membres des forces de l'ordre ont brandi devant la presse des pancartes sur lesquelles ils apparaissent comme des cibles. "Si ces jeunes voyous sont sanctionnés à la hauteur de leurs actes, ils y penseront à deux fois avant de recommencer".

Cette attaque qui n'a pas fait de blessés a déclenché un vif émoi chez les policiers et les foudres de l'opposition de droite, qui appelle à la fermeté.

Peux avant minuit, "deux policiers étaient en train de fumer une cigarette à l'extérieur du commissariat lorsqu'une quarantaine d'individus sont arrivés, armés de barres de fer, expliquent nos confrères du Parisien qui citent une source policière". Les deux fonctionnaires ont tout juste eu le temps de se mettre à l'abri dans le sas de sécurité de l'entrée du commissariat. Des mortiers d'artifices ont été tirés contre la façade, sans faire de blessé. "Rappeler que les policiers sont debout, qu'ils restent dignes malgré toutes les attaques dont ils font l'objet et qui compliquent de plus en plus leur métier, et rappeler qu'on attend des mesures, qu'on souhaite que les politiques prennent leur responsabilité, que ça dépasse un peu la communication politicienne", a estimé pour sa part le secrétaire général délégué Unité SGP police, Gregory Joron. "Ce n'est pas normal ".

Ces joueurs d’origine africaine évoluant pour des nations européennes
C’est également le cas de l’attaquant de Liverpool Christian Benteke. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Il faut dire que cette attaque, trois jours après l'agression de deux policiers à Herblay (Val d'Oise), a fortement fait remonter la température dans les rangs de la police.

L es déclarations martiales du Premier ministre, Jean Castex, lundi sur France Info - "nous serons intraitables " -, tout comme ses rappels sur la création de 10.000 postes sur le quinquennat ou la hausse du budget de la justice, risquent de ne pas suffire à éteindre l'incendie.

"On veut du soutien mais pas que des paroles", prévient Eddy Deboste, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance. "Les collègues ici à Champigny sont fatigués".

"Les attaques de mortier, ce n'est pas un problème de Champigny, c'est un problème national", ajoute-t-il. "En quelques années, on est passés des cailloux aux fusées". Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieure, a promis de se rendre sur place.

Deux jours après l’attaque, la police fait bloc à Champigny-sur-Marne