Mercredi, 21 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » La Région Toscane reste à gauche, Matteo Salvini perdant — Mare latinu

La Région Toscane reste à gauche, Matteo Salvini perdant — Mare latinu

24 Septembre 2020

L'ensemble des 46 millions d'électeurs italiens doivent se prononcer d'ici ce lundi à 15h sur la réduction du nombre de leurs parlementaires.

À l'heure où le gouvernement semble gagner en confiance et en popularité, l'extrême droite de Matteo Salvini traverse une mauvaise impasse après l'échec de ses plans lors des élections et du référendum constitutionnel, si bien que son rêve de revenir au pouvoir semble s'estomper. De fait ce referendum ne change pas grand-chose et selon quelqu'un était une imposture qu'il fallait éviter car la très grande majorité des parlementaires d'aujourd'hui et de demain seront toujours favorables à un système électoral qui apparaît comme un nette hétérogenèse de la démocratie parlementaire conquise après le fascisme.

L'Italie entame sa rentrée politique dans un contexte marqué par une réforme réduisant le nombre des parlementaires à la suite d'un référendum controversé, couplée à un agenda économique qui pose de sérieux défis au gouvernement italien, sur fond de répercussions désastreuses de l'épidémie de coronavirus sur les secteurs vitaux du pays.

La minuscule région du Val d'Aoste renouvelle pour sa part ses conseillers régionaux, car l'équipe sortante a été impliquée dans une enquête pour infiltration mafieuse de la 'Ndrangheta (mafia calabraise) au moment des élections régionales de 2018.

Tous les observateurs ont le regard rivé sur la Toscane, une place forte "rouge" depuis l'après-guerre, où les sondages donnent les candidats de gauche et de droite dans un mouchoir de poche.

Se présente dans la région Susanna Ceccardi, ex-eurodéputée de La Ligue.

Il faut ajouter les résultats des listes d'Italia Viva, la petite formation créée par l'ancien chef du gouvernement PD, Matteo Renzi, qui risquait de compromettre les chances de succès de la gauche en présentant des candidats alternatifs dans la moitié des régions.

Italie l'extrême droite échoue à conquérir la Toscane bastion de gauche
Une nonne portant un masque quitte un bureau de vote après avoir voté à Rome le 20 septembre 2020 AFP

L'avenir du chef du Parti démocrate, Nicola Zingaretti, pourrait se jouer dans cette région. Celui du dirigeant du M5S, Luigi di Maio, dépend plus d'un "oui" au référendum, son cheval de bataille. Dans la région des Marches et dans les Pouilles, ce sont des candidats de Fratelli d'Italia qui ont été choisis par la droite pour mener l'assaut électoral. En cas de double victoire, la cheffe du parti Giorgia Meloni, qui a fortement progressé cet été dans les sondages, ne manquerait pas de faire de l'ombre à son rival du Nord, Matteo Salvini.

Il en a été de même pour les gouverneurs de droite confirmés: le très populaire Luca Zaia de la Ligue en Vénétie, qui atteint le meilleur score jamais obtenu par un gouverneur régional (près de 77% des suffrages) et s'est illustré par sa compétence hors-norme dans la lutte contre la pandémie avec une politique précoce de tests et d'isolement, faisant ainsi de la Vénétie le miroir inversé de la Lombardie (gouvernée par le salvinien Attilio Fontana). À Rome, l'hôpital Spallanzani, établissement phare des soins contre le virus, installera un bureau de vote dans ses murs. L'établissement compte actuellement 93 patients positifs au Covid-19.

A la veille du scrutin, la peur a toutefois rattrapé scrutateurs et présidents de bureaux de vote, qui ont massivement déserté dans tout le pays, remplacé en dernière minute par des employés municipaux, des policiers, des pompiers et des étudiants.

La ville de Milan a ainsi lancé un SOS samedi via les réseaux sociaux, pour remplacer au pied levé 100 présidents de bureaux de vote.

Les mesures de sécurité sont strictes, mais les électeurs doivent abaisser leur masque, à deux mètres de distance, pour s'identifier avant d'aller déposer leur bulletin. Pour Massimo Galli, infectiologue à Milan, ces élections plusieurs fois reportées sont tout simplement "une folie".

Les bureaux de vote seront ouverts jusqu'à 15 h ce lundi.

Les résultats de cette stratégie sont éloquents: depuis plus de trois semaines, la Péninsule enregistre entre 1 000 et 1 500 nouveaux cas par jour, et ce nombre reste relativement stable. La contagion se transmet dans les deux tiers des cas au sein des familles, des plus jeunes aux plus âgés, faisant remonter la moyenne d'âge.

Vers une nouvelle carte de France ce jour — Coronavirus
La catégorie " alerte renforcée " pour un taux d'incidence supérieur à 150 nouveaux cas pour 100 000 habitants. A Paris, la circulation du coronavirus inquiète et fait basculer la capitale en zone " alerte renforcée ".

La Région Toscane reste à gauche, Matteo Salvini perdant — Mare latinu