Vendredi, 18 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Cancers dans les pays pauvres: mauvaise nouvelle annoncée par les scientifiques

Cancers dans les pays pauvres: mauvaise nouvelle annoncée par les scientifiques

15 Septembre 2020

Il ressort que sont les pays à faibles revenus qui vont enregistrer le plus grand nombre de cas de cancer. Des mesures sanitaires prises en amont pourraient empêcher le développement de la maladie.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) souligne aujourd'hui la nécessité de renforcer les services de lutte contre le cancer dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

D'après les projections, le nombre de nouveaux cas du cancer passeront à plus de 2 millions d'ici à 2014 contre 1 million en 2018 en Afrique. Et l'organisation s'attend à ce que le chiffre atteigne, d'ici à 2040, une fourchette allant de 29 à 37 millions.

En 2019, plus de 90 % des pays à revenu élevé ont indiqué que leur système de santé publique disposait de services complets de traitement du cancer, contre moins de 15 % pour les pays à faible revenu, relève l'OMS.

Nouvelle manifestation anti-Netanyahu et anti-gouvernement à Jérusalem — Israël
Jeudi, le cabinet en charge de la lutte contre le nouveau coronavirus avait approuvé la mise en place d'un confinement généralisé. " Suite à quoi Israël est devenu le premier pays développé à ordonner un reconfinement de sa population ".

" C'est un coup de semonce qui nous appelle tous à nous attaquer aux inégalités inacceptables qui existent entre pays riches et pays pauvres concernant les services de lutte contre le cancer, déclare le D Ren Minghui, Sous-Directeur général, Couverture sanitaire universelle/Maladies transmissibles et non transmissibles, Organisation mondiale de la santé". Lorsque les individus ont accès aux soins primaires et aux systèmes d'orientation, il est possible de détecter le cancer à un stade précoce, de le traiter efficacement et de le guérir. Raison pour laquelle, cette année, la célébration de la journée mondiale de lutte contre le Cancer, a -t-il dit, met l'accent sur la pratique de l'activité physique, qui doit être omniprésente, suffisante et intégrée à toutes les activités de la vie quotidienne à savoir au travail, dans les déplacements, les loisirs, et les maisons.

L'OMS présente un éventail d'interventions permettant de prévenir les nouveaux cas de cancer, comme la lutte contre le tabagisme (responsable de 25 % des décès par cancer), la vaccination contre l'hépatite B pour prévenir le cancer du foie, l'élimination du cancer du col de l'utérus par la vaccination contre le papillomavirus humain. "Un traitement a plus de chances d'être efficace avec une meilleure probabilité de survie, une réduction de la morbidité et des coûts moins élevés, si le cancer est diagnostiqué précocement", peut-on lire sur son site.

Dans 134 des 183 pays observés dans le rapport de l'OMS et du CIRC, le cancer est la première ou la deuxième cause de décès prématuré, principalement dans les pays à haut ou très haut revenus, y compris la Suisse et la majorité des pays d'Europe et d'Amérique du Nord.

"Les 50 dernières années ont vu d'énormes progrès dans la recherche sur la prévention et le traitement du cancer ", explique le Dr Elisabete Weiderpass, directeur du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS. Prévention, diagnostic précoce, dépistage, amélioration des traitements ont permis de réduire de 20% le taux de mortalité liée au cancer.

Cancers dans les pays pauvres: mauvaise nouvelle annoncée par les scientifiques