Jeudi, 28 Octobre 2021
Dernières nouvelles
Principale » Emmanuel Macron est à Beyrouth, au chevet d'une ville dévastée — Liban

Emmanuel Macron est à Beyrouth, au chevet d'une ville dévastée — Liban

06 Août 2020

"Jeudi prochain le BPC (bâtiment de projection et de commandement, NDLR) Le Tonnerre arrivera au Liban", a déclaré Emmanuel Macron devant la presse, après un bain de foule dans Beyrouth jeudi matin et une rencontre avec les dirigeants libanais dans l'après-midi. Le président a précisé qu'une cinquantaine de Français vivant à Beyrouth avaient été "touchés" sans donner plus de précisions.

Emmanuel Macron a par ailleurs réclamé une enquête internationale "ouverte, transparente" afin d'éviter, selon lui, que "des choses soient cachées, et aussi que le doute ne s'installe". "Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s'enfoncer ", a-t-il averti. "Pendant les heures qui viennent, je vais me rendre au port, échanger avec les sauveteurs, les ONG", a expliqué le chef de l'Etat français aux journalistes qui l'attendaient à sa sortie du salon d'honneur de l'aéroport où il a été accueilli par son homologue libanais, Michel Aoun. "On sera là, et on ne vous lâchera pas", a lancé le président Macron en s'adressant aux Libanais.

Depuis le drame, aucune arrestation n'a été annoncée et le gouvernement n'a pas été capable de justifier la présence du nitrate d'ammonium "sans mesures de précaution" au port. Le chef de la diplomatie Charbel Wehbé a dit qu'une commission d'enquête donnerait bientôt "un rapport sur les responsabilités".

Interpellé de nombreuses fois sur la crise politique que traverse le Liban depuis plusieurs mois, le président français a également appelé les dirigeants libanais à un "profond changement" pour sortir leur pays de l'impasse politique et économique.

Rafael Nadal annonce qu'il ne participe pas à l'US Open — Tennis
La situation sanitaire inquiète Rafael Nadal, qui a décidé de ne pas se rendre aux Etats-Unis pour disputer l'US Open. Et l'enchaînement direct qui se profilait avec la terre battue qui lui est si chère n'arrangeait rien.

Alors que les autorités n'ont mis en place aucun dispositif pour abriter les personnes ayant perdu leur domicile, des centaines de Libanais se sont, eux, mobilisés, pour lancer des opérations de déblaiement des décombres ou d'accueil des sans-abri dans les maisons privées, dans un vaste élan de solidarité. Autorités du port, services des douanes et certains services de sécurité étaient tous au courant que des matières chimiques dangereuses étaient entreposées là mais ils se sont rejeté mutuellement la responsabilité.

Furieux après une catastrophe de trop dans le pays en plein naufrage, les Libanais réclament des comptes.

Plusieurs pays dont la France ont déjà dépêché des équipes de secouristes et du matériel pour faire face à l'urgence après la double explosion présentée comme accidentelle par les autorités qui a ravagé le port et une grande partie de la capitale. Il est vrai que les habitants de Beyrouth, croisés par Emmanuel Macron lors de sa visite des quartiers ravagés n'ont pas caché leur colère et leur détresse. Selon l'Elysée, le président français veut "démentir que le Liban" "est seul, coulé, près de disparaître". "Le Liban n'est pas un protectorat français", a-t-il écrit sur Twitter, alors que le président français s'exprimait devant la presse à son arrivée à Beyrouth. Il a promis " des soutiens supplémentaires " et annoncé son intention de proposer un " nouveau pacte " politique au Liban.

Emmanuel Macron est à Beyrouth, au chevet d'une ville dévastée — Liban