Jeudi, 6 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » États-Unis : il s'offre une Lamborghini avec un prêt garanti par l'État

États-Unis : il s'offre une Lamborghini avec un prêt garanti par l'État

01 Août 2020

Il ne s'attendait pas à ce qui allait arriver ensuite. Certains en profitent alors pour détourner le système.

David, un jeune homme de 29 ans originaire de Miami, a fait plusieurs demandes de cette aide en utilisant de fausses déclarations salariales. Il a obtenu illégalement près de quatre millions de dollars, soit 3,2 millions d'euros dans le cadre du dispositif Paycheck Protection Program "PPP", destiné à soutenir les entreprises de moins de 500 salariés d'après le New York Times. En réalité, ses employés n'existaient pas ou ne gagnaient qu'une toute petite partie de la somme qu'il avait demandée. Il a alors détourné cet argent pour l'utiliser à des fins personnelles: s'offrir une Lamborghini Huracan Evo, la voiture de ses rêves. Elle coûte 318 000 dollars. Hines aurait également beaucoup dépensé dans des hôtels de luxe de Miami, des vêtements, et des bijoux. Malheureusement, il ne s'attendait pas à un retournement de situation.

Après avoir commis un délit de fuite avec sa Lamborghini, il a été arrêté et démasqué.

Crise financière:Les Etats-Unis sont officiellement entrés en récession !
Elle diffère du glissement annuel, qui compare le PIB à celui du même trimestre de l'année précédente. La chute est légèrement moins pire que prévu par les analystes, mais elle reste spectaculaire.

Au total, David T.Hines a réussi à obtenir à travers le PPP environ 3,9 millions de dollars (environ 3,3 millions d'euros) et, selon les autorités américaines, il aurait sollicité un total de 13,5 millions de dollars d'aide (environ 11,5 millions d'euros).

Après cela, une enquête a été ouverte et l'homme d'affaires va maintenant répondre devant les tribunaux pour fraude bancaire, pour avoir fait de fausses déclarations à une institution financière et pour s'être livré à des transactions de revenus illégales. Son avocat, Chad Piotrowski, a assuré dans un communiqué que son client était "un entrepreneur honnête qui, comme des millions d'Américains, a souffert financièrement pendant la pandémie". Il comparaîtra le 14 octobre, risquant jusqu'à 70 ans de prison.

États-Unis : il s'offre une Lamborghini avec un prêt garanti par l'État