Jeudi, 6 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Pékin condamne les mesures de l'Union européenne — Hong Kong

Pékin condamne les mesures de l'Union européenne — Hong Kong

30 Juillet 2020

Hong Kong a initialement pu contenir le virus bien qu'elle soit relativement proche de la ville de Wuhan en Chine, où les infections ont été détectées pour la première fois en 2019.

Les changements ont été apportés en raison de l'adoption par la Chine d'une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, a déclaré mardi le ministre néo-zélandais des Affaires étrangères, Winston Peters, dans un communiqué.

"L'UE considère que la législation sur la sécurité nationale de Hong Kong... est un sujet de grave préoccupation", a déclaré un communiqué du Conseil de l'UE, où tous les dirigeants des États membres ont un siège.

L'entrée en vigueur de la loi de sécurité nationale a définitivement dégradé le fragile équilibre diplomatique dont Hong Kong jouissait jusqu'à présent.

Gérald Darmanin: "Quand j'entends le mot 'violences policières'… je m'étouffe"
Il ne s'agit en aucun cas d'un parallèle dans une affaire où des mises en examen ont été prononcées", a précisé à l'AFP l'entourage de M.

Mais suite à une proposition de la France et de l'Allemagne, les 27 Etats membres ont accepté mardi de limiter les exportations vers Hong Kong de technologies qui pourraient être utilisées pour "la répression interne, l'interception des communications internes ou la cyber-surveillance". L'attaque aurait permis aux pirates informatiques, proches du gouvernement chinois, d'infiltrer les réseaux informatiques du Vatican, notamment le diocèse du représentant de l'Église catholique basé à Hong Kong. Un autre volet de mesures a été adopté pour soutenir la population de ce territoire semi-autonome, notamment pour lui " permettre de se rendre facilement en Europe grâce à l'octroi de visas, de bourses et d'échanges d'universitaires " [La Libre]. " On a été très longtemps divisés et faibles". Par ailleurs, dans de nombreux domaines, " il sera laissé aux États membres le soin de décider si et comment appliquer les mesures", constate le Süddeutsche Zeitung.

La position commune adoptée par les ministres européens exige simplement de l'UE " de contrôler la mise en œuvre de la loi sur la sécurité et d'examiner l'impact de la réponse commune de l'Union d'ici la fin de l'année", rappelle en effet la Deutsche Welle.

Lors d'une conférence de presse ce 28 juillet, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré que le gouvernement de Hong-Kong allait suspendre les accords d'extradition vers trois pays: la Grande-Bretagne, le Canada et l'Australie.

Pékin condamne les mesures de l'Union européenne — Hong Kong