Mercredi, 12 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Gérald Darmanin: "Quand j'entends le mot 'violences policières'… je m'étouffe"

Gérald Darmanin: "Quand j'entends le mot 'violences policières'… je m'étouffe"

29 Juillet 2020

"La famille Chouviat invite le ministre à se concentrer sur l'affaire criminelle dans laquelle il est mis en cause", poursuivent les avocats, une référence à l'information judiciaire en cours visant Gérald Darmanin après une accusation de "viol" qu'il réfute. Et s'il ne le fait pas, il faut que la presse, les syndicats, les parlementaires rappellent à la hiérarchie policière et au ministre de l'Intérieur ce qu'il doit faire, et c'est bien légitime.

Le vocable employé par Gérald Darmanin, "j'étouffe", a engendré de nombreuses réactions, notamment sur les réseaux sociaux, alors que les "violences policières" ont régulièrement été dénoncées lors des manifestations de gilets jaunes et plus récemment lors de marches en hommage à Adama Traoré ou Cédric Chouviat, morts à la suite d'interventions des forces de l'ordre.

"D'évidence, le ministre de l'Intérieur n'a pas hésité par cette saillie abjecte à tenter une pathétique manœuvre de diversion".

Arié Alimi, l'un des avocats de la famille Chouviat, a lui aussi réagi sur le réseau social aux propos de Gérald Darmanin, estimant qu'il avait dépassé "les limites de la décence".

Gisèle Halimi, avocate et grande figure du féminisme, est morte
Elle est également connue pour son militantisme pour l'indépendance de son pays, la Tunisie mais aussi pour l'Algérie . Elle prendra ensuite la défense de nombreux militants nationalistes algériens, dont la moudjahida Djamila Boupacha .

"C'est une expression française utilisée communément, comprise par tous. Il ne s'agit en aucun cas d'un parallèle dans une affaire où des mises en examen ont été prononcées", a précisé à l'AFP l'entourage de M. Darmanin.

Gérald Darmanin a affirmé devant la commission des lois de l'Assemblée nationale que le terme de "violences policières" était contradictoire, car la police exerce, selon lui, "une violence légitime".

Le ministre de l'Intérieur a déclaré mardi: "Quand j'entends 'violences policières', personnellement, je m'étouffe", devant la commission des lois de l'Assemblée nationale. Après, elle doit le faire de manière proportionnelle, elle doit le faire de manière encadrée. "Que quelques personnes le fassent en dehors des règles déontologique, la sanction doit être immédiate", a-t-il ajouté, en appelant au sociologue Max Weber qui avait théorisé un État "détenteur de la violence physique légitime". Un premier rapport d'autopsie avait noté chez cet homme une asphyxie avec "fracture du larynx" ainsi qu'"un état cardiovasculaire antérieur".

"Ceux qui ont étouffé des violences policières ne sont malheureusement plus là pour en parler. Terrible choix des mots pour un terrible déni coupable", a critiqué sur Twitter l'eurodéputée LFI Manon Aubry.

Gérald Darmanin: