Jeudi, 6 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Ajroudi et Boudjellal n'ont pas dit leur dernier mot — Rachat de l'OM

Ajroudi et Boudjellal n'ont pas dit leur dernier mot — Rachat de l'OM

29 Juillet 2020

"Tout d'abord, M. AJROUDI et ses partenaires offrent officiellement aux actionnaires actuels de racheter le Club de l'Olympique de Marseille à leur prix d'acquisition (Ndlr: Frank McCourt avait racheté l'OM en 2016 contre un chèque de 45M€), en reprenant toutes les dettes et dépenses relatives au fonctionnement du Club, dûment justifiées, qu'ils ont encourues depuis son acquisition, expliquent le communiqué, avant que les principaux intéressés ne changent de ton". Tout du moins pour ce qui est de la saga Ajroudi. Cette offre a été rendue publique du fait des refus successifs des proches du milliardaire de négocier avec le clan Ajroudi sur les contours de la vente du club. Après avoir évoqué Cristiano Ronaldo, Zinédine Zidane, la Ligue des champions ou le retour de Bernard Tapie, l'homme d'affaires franco-tunisien a transmis sa dernière offre au propriétaire américain Franck McCourt, par le biais d'un communiqué publié ce mercredi par le juriste international Marc Deschenaux.

Cette offre pour le rachat de l'OM s'évalue à plusieurs centaines de millions. Alors que le représentant de Frank McCourt avait menacé de poursuivre les auteurs d'agitations autour du club, Mohamed Ayachi Ajroudi a passé la vitesse supérieure avec une dernière proposition valable 10 jours. Et pour ceux qui s'étonnent de la façon de faire des équipes de Mohamed Ajroudi, ces dernières n'avaient pas d'autres alternatives.

Jacqueline Sauvage est décédée dans le Loiret — Violence conjugales
Agée de 72 ans, Jacqueline Sauvage est morte le 23 juillet selon l'information de la République du Centre , confirmée par l'AFP. Jacqueline Sauvage est décédée le 23 juillet dernier à son domicile de La Selle-sur-le-Bied, dans le Loiret.

D'aucuns se sont étonnés ou énervés qu'une telle affaire soit traitée par voie médiatique et il n'est pas dans l'habitude ni de M. AJROUDI, ni de ses partenaires, ni de ses conseils d'opérer de la sorte, mais nous n'avions alors pas le choix, a ainsi assuré Marc R. Deschenaux, et ce après avoir insisté sur la volonté de "dissiper le flou engendré par les émotions médiatisées et les réactions médiatiques " ainsi que celle de " remettre les pendules à l'heure ".

Ajroudi et Boudjellal n'ont pas dit leur dernier mot — Rachat de l'OM