Dimanche, 9 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Gisèle Halimi, avocate et grande figure du féminisme, est morte

Gisèle Halimi, avocate et grande figure du féminisme, est morte

28 Juillet 2020

Gisèle Halimi, avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne, est décédée mardi à l'âge de 93 ans, a annoncé sa famille le même jour.

Parallèlement à sa carrière d'avocate, elle a mené une carrière d'écrivain. "Le féminisme permet une conquête des femmes sur elles-mêmes, sur l'incertitude initiale de leur propre identité", écrivait-elle".

"Mère de trois garçons, dont Serge Halimi, directeur de la rédaction du mensuel Le Monde diplomatique, elle a confié qu'elle aurait aimé avoir une fille pour " mettre à l'épreuve " son engagement féministe". Elle est également connue pour son militantisme pour l'indépendance de son pays, la Tunisie mais aussi pour l'Algérie. Gisèle Halimi, grâce à la médiatisation du procès, a réussi à expliquer aux gens ce qu'était l'avortement. Elle prendra ensuite la défense de nombreux militants nationalistes algériens, dont la moudjahida Djamila Boupacha. Un an plus tard, toutefois, en 1962, elle obtient que la jeune femme soit amnistiée et libérée, dans le cadre des accords d'Évian.

Dès l'année suivante, elle défend devant le tribunal correctionnel de Bobigny Marie-Claire Chevalier, mineure accusée d'avoir eu recours à un avortement après un viol.

Entre l’Ukraine et la Russie, la relance du processus de paix
A la mi-juillet, les heurts armés s'étaient multipliés après plusieurs mois de relative accalmie. Les chefs d'Etat ont exprimé leur soutien au cessez-le-feu dans la région à compter de lundi.

En 1978, lors d'un autre procès emblématique, à Aix-en-Provence, elle représente un couple de femmes violées par trois hommes, contribuant à l'adoption d'une nouvelle loi reconnaissant le viol comme un crime. De plus, un collège a été nommé au nom de l'avocate à Aubervilliers.

"C'était une très grande avocate, elle avait mis son talent au service des femmes". Elle lutte pour le remboursement de l'IVG, voté en 1982, puis devient ambassadrice de l'Unesco, de 1985 à 1986.

En 1971, elle fonde "Choisir la cause des femmes", (ou, en abrégé, "Choisir" ou "La cause des femmes") aux côtés notamment de Simone de Beauvoir et Jean Rostand.

Une pluie d'hommages lui est rendue sur le réseau social, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot saluant une "avocate infatigable des droits de femmes, magnifique écrivaine, militante déterminée", tandis que sa collègue déléguée à l'Egalité femmes-hommes Elisabeth Moreno a distingué une "rebelle infatigable (qui) s'est battue toute sa vie pour améliorer le sort des femmes".

Gisèle Halimi, avocate et grande figure du féminisme, est morte