Samedi, 15 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Coronavirus: l'immunité pourrait disparaître en quelques mois, un vaccin serait-il efficace?

Coronavirus: l'immunité pourrait disparaître en quelques mois, un vaccin serait-il efficace?

15 Juillet 2020

PARIS | L'immunité basée sur les anticorps, acquise après avoir guéri de la COVID-19, disparaîtrait la plupart du temps en quelques mois, selon une nouvelle étude, ce qui risque de compliquer la mise au point d'un vaccin efficace à long terme.

Il a été montré que les niveaux d'anticorps neutralisants et permettant de détruire le virus atteignent un pic trois semaines après le début de la maladie, puis disparaissent progressivement.

D'après les analyses sanguines, même les individus présentant de légers symptômes ont eu une réponse immunitaire au virus, mais généralement moindre que dans les formes plus sévères.

65 jours après les premiers symptômes, seuls 16,7% des sujets avaient encore de forts niveaux d'anticorps.

"Chez quatre des neuf patients, nous voyons tomber des anticorps neutralisants dans un test très spécial qui ne peut être effectué que dans un laboratoire de haute sécurité", a déclaré Wendtner. "L'impact sur l'immunité à long terme et les stratégies de vaccination restent spéculatifs mais cela doit être surveillé", a-t-il poursuivi.

INFOGRAPHIE. Bac 2020 : des résultats époustouflants dans l'académie de Toulouse
Enfin, 1651 candidats au bac pro ont été admis dans l'Aisne cette année, soit 87,8 % (+8,9 points par rapport à l'année dernière). En série générale, le taux de réussite des filles (98 %) est légèrement supérieur à celui des garçons (97 %).

La réponse immunitaire de l'organisme est composée à la fois de cellules B, responsables de la sécrétion d'anticorps, et de cellules T, capables de reconnaître et de tuer les antigènes précédemment reconnus.

Les conclusions de M. Wendtner concordent avec d'autres études dans le monde. Les deux sont nécessaires pour une immunité à long terme.

Des chercheurs chinois ont également rapporté dans la revue Nature que la présence d'anticorps anti-coronavirus dans le sang avait fortement diminué après deux mois. Cela est surtout le cas pour les patients asymptomatiques, qui ont produit moins d'anticorps et une réponse immunitaire plus faible.

Les experts ont déclaré que les résultats pourraient changer la façon dont les gouvernements planifient la prochaine phase de la pandémie, y compris la façon dont ils financent et organisent la recherche et le développement de vaccins. "Il est donc possible que vous contractiez une infection plus bénigne", avance la professeure d'immunologie virale Mala Maini, consultante à l'University College de Londres.

James Gill, professeur honoraire de clinique à la Warwick Medical School se veut donc alarmiste: il faut "continuer à faire preuve de prudence, de distanciation sociale et d'utiliser un masque approprié, même si on a un test d'anticorps positif".

Coronavirus: l'immunité pourrait disparaître en quelques mois, un vaccin serait-il efficace?