Samedi, 15 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Des scientifiques alertent l’OMS sur le risque de transmission dans l’air — Coronavirus

Des scientifiques alertent l’OMS sur le risque de transmission dans l’air — Coronavirus

06 Juillet 2020

Grosses gouttelettes, fines gouttelettes ou les deux?

Dans une lettre ouverte, adressée à l'OMS, qui sera publiée prochainement dans une revue scientifique, ces 239 scientifiques demandent à l'agence de réviser ses recommandations. Or, si des mesures de contrôle rigoureuses doivent être prises en l'absence de preuves, les hôpitaux des pays à revenu faible ou intermédiaire pourraient être contraints de détourner partie de leurs maigres ressources d'autres programmes cruciaux, souligne encore le New York Times.

"Depuis le début de la crise sanitaire, l'OMS assure en effet que le coronavirus circule principalement via un échange de gouttes respiratoires, expulsées lorsqu'une personne infectée éternue et qui retombent rapidement au sol", comme l'explique Ouest France.

Démantèlement d’un réseau mondial de communications utilisé par le crime organisé
Ses experts sont parvenus à débusquer une faille, ce qui leur a permis de briser le cryptage sécurisé du réseau EncroChat. Il garantissait un " anonymat total " et une parfaite " impunité " à ses clients, même en cas d'arrestation.

Qu'il soit transporté par de grosses gouttelettes qui restent en suspension dans l'air après un éternuement ou par d'autres expirées beaucoup plus petites qui peuvent se répandre dans toute une pièce, le coronavirus est véhiculé par l'air et peut infecter les gens lorsqu'il est inhalé, selon les scientifiques.

Selon l'OMS, le Covid-19 ne correspondrait pas alors à la définition stricte d'un virus aéroporté, si bien que l'organisation mondiale préconise seulement de respecter la distance d'un mètre avec son interlocuteur et de se laver les mains après avoir touché des surfaces potentiellement contaminées. Typiquement un postillon émis en parlant. "Ce qui ne veut pas dire qu'il se promène dans les airs pendant les heures". "Il y a, à tort, cette notion que la transmission aéroportée signifie que des gouttelettes suspendues dans l'air sont capables de vous infecter de nombreuses heures plus tard, de dériver dans les rues, à travers des boîtes aux lettres et de trouver leur chemin dans les maisons", estime Bill Hanage, un épidémiologiste de l'Université de Harvard interrogé par le New York Times. En particulier les espaces clos surpeuplés, mal ventilés, où plusieurs personnes sont amenées à être en contact rapproché. Dans les établissements de santé, les maisons de retraite ou les écoles, il faudrait équiper les systèmes de ventilation (filtres puissants, lampes ultraviolettes pour éliminer les particules virales) afin de réduire la circulation de l'air contaminé.

Des scientifiques alertent l’OMS sur le risque de transmission dans l’air — Coronavirus