Samedi, 15 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Tokyo demande à Washington d'extrader deux complices de Carlos Ghosn

Tokyo demande à Washington d'extrader deux complices de Carlos Ghosn

05 Juillet 2020

Arrêtés le 20 mai à Harvard, dans le Massachusetts, à la demande du Japon, les deux hommes sont en détention aux Etats-Unis.

Conformément au traité qui lie les deux pays, le gouvernement nippon avait 45 jours après l'interpellation des deux Américains pour transmettre sa demande formelle d'extradition par les canaux diplomatiques.

Ils sont accusés d'avoir aidé l'ancien PDG de Renault et Nissan à fuir le Japon en décembre dernier alors qu'il devait y être jugé pour des malversations financières qu'il dément.

Estimant que les deux hommes n'avaient pas été inculpés au Japon d'une infraction pour laquelle l'extradition était possible en vertu du traité américano-japonais, les avocats des Taylor père et fils ont demandé l'annulation de la procédure ou, a minima, leur remise en liberté provisoire.

Accusés de trafic de migrants, ils ont tous été arrêtés début janvier, peu après la fuite de Carlos Ghosn, et sont passibles de huit ans de prison. Deux hôtesses de l'air risquent par ailleurs un an de prison pour "non-dénonciation d'un crime".

Justice League : Ray Fisher (Cyborg) clashe violemment Joss Whedon "il était odieux"
Et c'est ce dernier qui vient de lâcher une petite bombe à l'encontre du réalisateur du film, Joss Whedon . Il a été activé, en quelques sortes, par Geoff Johns et Jon Berg .

On pense qu'il a été transféré entre des jets privés dans un aéroport d'Istanbul après son arrivée du Japon avant de s'envoler pour le Liban où il se trouve depuis son évasion.

Les investigations des autorités japonaises sur cette affaire continue.

L'acte d'accusation indique que l'employé du MNG a reçu plusieurs paiements sur son compte bancaire totalisant plus de 250 000 euros dans les mois précédant le vol de Ghosn.

MNG Jet, à qui appartenaient les deux appareils utilisés pour la fuite, s'est constitué partie civile, affirmant que ses jets avaient été utilisés de manière "illégale" et que la présence de M. Ghosn à bord n'avait pas été déclarée. Lors d'une conférence de presse très médiatisée, il s'était posé en victime d'un "coup monté" et avait assuré ne pas avoir eu "d'autres choix" que de fuir une justice "partiale".

Tokyo demande à Washington d'extrader deux complices de Carlos Ghosn