Samedi, 8 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » 3400 postes supprimés sur les sites de Toulouse — Airbus

3400 postes supprimés sur les sites de Toulouse — Airbus

03 Juillet 2020

La région de Toulouse perdrait à elle seule 2398 postes à la production, ainsi que 980 au siège, 186 chez ATR (coentreprise avec Leonardo) et 36 chez Stelia Aerospace (filiale à 100%); près de 600 emplois sont également concernés à Saint-Nazaire et 500 à Nantes, toujours selon les syndicats. C'est Toulouse qui va payer un lourd tribut à la crise du secteur aérien post-Covid: près des trois quarts des 5.000 postes qu'Airbus compte supprimer en France le seront dans la capitale européenne de l'aéronautique. Mardi, la direction du groupe avait annoncé un plan de suppression de quelque 15.000 emplois sur ses sites dans le monde.

Les syndicats français et les élus régionaux ont réclamé jeudi à Airbus de réduire l'ampleur et le rythme du plan massif de restructuration dévoilé par l'avionneur européen, dont les salariés européens attendent de connaître la répartition site par site des 15.000 suppressions d'emploi projetées.

La direction d'Airbus veut agir rapidement pour anticiper un éventuelle seconde vague de l'épidémie de coronavirus et contrer ce que son président exécutif, Guillaume Faury, présente comme un "choc structurel" pour le secteur de l'aviation.

"Nous allons vers un cataclysme social à l'automne", a mis en garde M. Knepper, dont le syndicat est le premier de l'avionneur. "Nous pensons que jusqu'à 500 emplois pourraient être sauvés si le gouvernement allemand nous soutenait", a avancé le dirigeant.

"L'Etat demande à Airbus de faire en sorte qu'il y ait le moins de départs contraints, le moins de licenciements secs possible", a-t-il insisté. "C'est une crise grave mais conjoncturelle, on a une charge d'activité pour dix ans", a souligné Florent Veletchy, exprimant aussi une "grande inquiétude pour le bassin de l'emploi" dans la région toulousaine, avec les dégâts attendus parmi les sous-traitants d'Airbus.

Médias - Téléfoot négocie avec Nicolas Anelka !
Connu pour être l'enfant terrible du football français, Nicolas Anelka pourrait faire un incroyable come-back. Dès la saison prochaine, la Ligue 1 sera diffusée sur Mediapro .

" C'est un cataclysme", a déclaré au micro de France Bleu, Jean-François Knepper, délégué syndical FO d'Airbus à Toulouse. Mais jugeant que les "dirigeants se sentent un peu décomplexés", il a souligné la détermination des syndicats à les "ramener à la raison". "S'ils veulent passer en force, on montera le ton".

Le trio syndical espère que les départs anticipés, volontaires, une activité partielle longue durée et des dispositifs de formation, permettront de diminuer le périmètre du plan. La déléguée CFE-CGC Françoise Vallin relève, elle, le "risque pour la survie de petites entreprises fragilisées avant la crise".

Le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc redoute un "effet domino" sur les "plus de 800 sous-traitants, aux PME ou TPE regroupées dans Aerospace Valley". Pour lui, le plan social d'Airbus doit être "rediscuté et minimisé".

" Au-delà du groupe Airbus et ses salariés, a ajouté la présidente de Région, c'est surtout la filière dans son ensemble et la chaîne de sous-traitance qu'il faut accompagner".

Dès ce vendredi 3 juillet, Carole Delga annonce qu'elle va présente un plan de relance régional pour la filière aéronautique et spatial élaboré avec les acteurs de la filière.

3400 postes supprimés sur les sites de Toulouse — Airbus