Mardi, 7 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » L'escalade s'intensifie entre Washington et Pékin — Hong Kong

L'escalade s'intensifie entre Washington et Pékin — Hong Kong

30 Juin 2020

En réponse, "la Chine a décidé d'imposer des restrictions de visa aux ressortissants américains s'étant mal comportés vis-à-vis des questions relatives à Hong Kong", a annoncé un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire du mardi matin, la cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam, a refusé de dire si ce texte a été effectivement adopté.

"La loi sur la sécurité nationale à Hong Kong a été officiellement adoptée", s'est félicité mardi dans un communiqué le DAB, principal parti hongkongais pro-Beijing.

Le pouvoir chinois était, semble-t-il pressé, et tenait à ce que la loi soit adoptée avant l'anniversaire de la rétrocession de l'ex-colonie britannique à la Chine, rapporte notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde.

" Si les délégués ont décidé de se retrouver dans un délai aussi court, c'est bien que Pékin est impatient, explique Wu Qiang, analyste politique et ancien professeur à l'université Qnghua à Pékin". Un "organe de sécurité nationale", relevant du gouvernement central, devrait par ailleurs être institué à Hong Kong - une première. Cela renforce les pouvoirs du gouvernement central et cela va avec l'établissement d'un bureau de sûreté, la mise en place de tribunaux spéciaux et la création d'une commission de sécurité nationale.

Des militants comme Joshua Wong, qui a fait de la détention pour ses activités, sont régulièrement attaqués par les médias chinois qui les qualifient de "séparatistes" alors même que Demosisto n'appelle pas à l'indépendance de Hong Kong. Une séance d'information serait prévue ce mardi pour les autres, avant de discuter de l'insertion des nouvelles mesures dans l'annexe III de la " Loi fondamentale", la mini-constitution de Hong Kong.

Face au boycott de plusieurs annonceurs, Facebook durcit sa politique de modération
Toujours selon le média spécialisé dans l'économie, la fortune de Mark Zuckerberg est passée de 89,5 à 82,3 G$, une diminution d'environ 7,2 G$.

Élaboré en seulement six semaines, le contenu de ce texte n'est donc pas connu des quelque 7,5 millions de Hongkongais, qui ignorent la nature exacte des crimes passibles de cette nouvelle loi. L'administration Trump qui n'a jamais caché son opposition à l'adoption de la loi sur la sécurité nationale qui contourne le Conseil législatif local, avait annoncé les couleurs le vendredi dernier. "Avec des pouvoirs étendus et une loi mal définie, la ville se transformera en un # étatdepolicesecrète", a gazouillé mardi Joshua Wong, l'une des figures du mouvement prodémocratie hongkongais.

Cette loi "risque de miner sérieusement le principe "Un pays, deux systèmes" et le haut degré d'autonomie ainsi que la prospérité de Hong Kong", a réagi mardi pour l'AFP Nicolas Chapuis, ambassadeur de l'Union européenne (UE) en Chine.

Pour Pékin, ce texte vise à mettre fin aux manifestations pro-démocratie monstres qui ont secoué Hong Kong l'an passé.

Anticipant le vote, Washington avait annoncé lundi la fin des ventes d'équipement de défense sensible à Hong Kong pour éviter "qu'il tombe aux mains" de l'armée chinoise.

Le gouvernement américain va aussi " prendre des mesures pour imposer, s'agissant de Hong Kong, les mêmes restrictions sur les technologies américaines de défense et à double usage civil ou militaire qu'il impose pour la Chine ".

Les opposants prodémocratie redoutent que ce texte, qui entend réprimer le "séparatisme" et le "terrorisme", serve à museler toute dissidence et à enterrer la semi-autonomie dont jouit Hong Kong.

L'escalade s'intensifie entre Washington et Pékin — Hong Kong