Mercredi, 5 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Un deuxième patient guéri du VIH, 10 ans après le premier

Un deuxième patient guéri du VIH, 10 ans après le premier

29 Juin 2020

En mars 2019, le professeur Ravindra Gupta, de l'université de Cambridge, avait annoncé que cet homme diagnostiqué séropositif en 2003 était en rémission, n'ayant montré aucun signe d'atteinte du virus depuis 18 mois. " Nous avons testé un nombre assez considérable de lieux où le virus aime se cacher et pratiquement tout était négatif" a poursuivi le professeur Gupta avant d'ajouter qu'il n'est pas facile d'imaginer que toutes les traces du virus qui infecte des milliards de cellules ait été éliminées. Au total, près de 38 millions de personnes seraient aujourd'hui porteuses de la maladie à travers le monde. En 2010, Timothy Ray Brown, surnommé alors "le patient de Berlin", était devenu le premier homme à "guérir" du virus du SIDA.

Adam Castillejo, âgé de 40 ans, a reçu une greffe de cellules souches pour le guérir d'une leucémie et du VIH. Le " patient de Londres ", en rémission depuis 30 mois, ne présente plus que des restes fossilisés du virus dans son organisme. Il est donc considéré comme guéri, neuf ans après le "patient de Berlin" (surnom du premier cas). Nous suggérons que nos résultats représentent une guérison du VIH " a annoncé les médecins en charge du patient.En effet, les greffes de cellules souches semblent empêcher le virus de se répliquer à l'intérieur du corps en remplaçant les propres cellules immunitaires du patient par celles du donneur qui résistent à l'infection par le VIH.

"Nos conclusions montrent que le succès de la transplantation de cellules souches comme traitement du VIH, pour la première fois rapportée [en 2007] pour le patient de Berlin, peut être reproduite", ont affirmé les chercheurs.

Réouverture des frontières: l'UE reporte sa décision
Cette liste a été élaborée lors d'une réunion des ambassadeurs des pays de l'UE et de l'espace Schengen vendredi soir. Les voyages non essentiels vers l'UE sont interdits depuis la mi-mars.

Pour les chercheurs, ces cas de guérison ne représentent cependant pas une solution pour les millions de personnes atteint du VIH dans le monde, contrôlant la maladie par la prise d'antirétroviraux, souligne Le Parisien. Cela dit, son cas n'est malheureusement pas transposable à d'autres malades, car la procédure utilisée est lourde et risquée, avec un taux de mortalité de 10%. "Je veux être un ambassadeur d'espoir", a expliqué Adam Castillejo, qui a grandi à Caracas, au Venezuela.

D'autres scientifiques sont en revanche plus prudents. Ce virus, qui s'est développé dans le monde entier, depuis la fin des années 70, ne bénéficiait d'aucun traitement efficace, cette guérison est donc une véritable avancée pour la médecine. Le patient de Londres est-il vraiment guéri? Près de 800.000 personnes sont mortes en 2018 d'affections liées au VIH. ", s'est interrogée Sharon Lewin, de l'université de Melbourne".