Lundi, 23 Novembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » "On va fêter cette victoire", déclare Edouard Philippe

"On va fêter cette victoire", déclare Edouard Philippe

29 Juin 2020

Pendant la campagne, Edouard Philippe avait indiqué que tant qu'il serait à Matignon, il ne dirigerait pas la ville.

Le président Emmanuel Macron a voté vers midi au Touquet avant de s'offrir un bain de foule, sans masque. Le taux d'abstention avait été de 60,42 %. Il s'est dit dimanche soir "préoccupé" par le niveau de l'abstention.

Le chef de l'Etat devrait de manière générale préciser, dans les jours qui viennent, son intention affichée de "se réinventer" pour les deux dernières années de son mandat.

À la différence des autres grandes villes, l'incertitude est faible à Paris, où la sortante Anne Hidalgo (PS) a contenu au premier tour ses partenaires d'EELV en endossant elle-même un programme résolument écolo.

Cette déferlante devrait amener Emmanuel Macron à intervenir dès lundi matin en recevant à l'Elysée les membres de la Convention citoyenne sur le climat à qui il entend apporter des "réponses fortes" et "à la hauteur des enjeux et des attentes", fait savoir l'Elysée à l'AFP.

Mme Hidalgo a devancé la candidate LR Rachida Dati (entre 32 et 32,7 %) et celle de LREM Agnès Buzyn (entre 13,7 et 16 % des voix), selon Harris Interactive et Ipsos-Sopra Steria.

Jean-Michel Aulas : "Nous risquons de perdre des joueurs"
Les semaines passent mais Jean-Michel Aulas apparaît toujours aussi remonté contre la LFP et ses dirigeants. Que pensez-vous des propos d'Aulas?

Dans la capitale nordiste en revanche, la maire sortante PS Martine Aubry a fini par l'emporter d'un cheveu face au candidat vert Stéphane Baly, au terme d'un thriller.

D'autres grandes villes - Besançon, Tours Poitiers, Annecy... - sont d'ores et déjà tombées dans l'escarcelle des Verts, qui ont longtemps servi de force d'appoint mais s'affirment comme les premiers à gauche avant les prochaines échéances électorales.

On retrouve ensuite plusieurs responsables politiques, principalement de droite, comme Xavier Bertrand (38%), Nicolas Sarkozy (36%) ou encore François Baroin (36%), alors que le général Pierre de Villiers arrive en 10e position avec (29%), juste derrière Emmanuel Macron, qui l'avait limogé avec fracas au début de son quinquennat. Cet ex-Les Républicains a été maire de la ville portuaire de 170 000 habitants de 2010 à 2017.

Le PS devait être en capacité de conserver une bonne partie de ses bastions - Paris, Nantes, Rennes, Dijon - et a gagné Nancy, où Mathieu Klein l'emporte face au sortant radical Hénart, selon les estimations.

A Marseille, deuxième ville de France, la gauche a créé la surprise en passant en tête le 1er tour avec la coalition du Printemps marseillais, talonnée par Martine Vassal (LR) qui est adoubée par le sortant Jean-Claude Gaudin.