Samedi, 4 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » " "La Chine met la touche finale à son " GPS " maison

" "La Chine met la touche finale à son " GPS " maison

25 Juin 2020

Dès cette année, les biens et services BeiDou pourraient générer un écosystème de près de 57 Md$, sachant que plus de 70 % des smartphones en Chine sont équipés pour recevoir ses signaux, et que la plupart des smartphones fonctionnant sous Android à travers le monde disposent désormais d'un positionnement multimode compatible avec les systèmes GPS, Glonass, Galileo et Beidou.

Après avoir lancé avec succès il ya une semaine le dernier des 35 satellites du système de navigation Beidou-3, la Chine a franchi une nouvelle étape en vue de devenir une puissance spatiale de premier plan.

Il s'agissait de la deuxième tentative de terminer le réseau de navigation après qu'un lancement précédemment prévu avait été reporté en raison de "problèmes techniques", selon le site officiel de Beidou.

La télévision publique CCTV a indiqué que ce trentième et ultime satellite de la troisième génération Beidou (Beidou-3) a été propulsé dans l'espace hier mardi à 09 heures 43 locales depuis le centre de lancement de Xichang, dans le sud-ouest de la Chine, par une fusée Longue-Marche 3.

La troisième version du système chinois de navigation par satellite Beidou (BDS) crée une alternative au système russe GLONASS, au Galileo européen et au GPS américain.

Stratégiques, ils peuvent également être utilisés par les armées de leurs pays respectifs (Chine, Etats-Unis, Russie) afin d'effectuer de la géolocalisation ou du guidage de missiles de très haute précision.

Stade Rennais à l’assaut d’un défenseur de l’ASM
D'après nos confrères, le Stade Rennais aura probablement fort à faire financièrement pour boucler ce dossier. Le média fait même état de discussions entre les deux clubs au sujet de l'ancien Lillois.

"La finalisation de Beidou-3 est un événement majeur pour la population chinoise mais aussi sans nul doute pour son armée", souligne Carter Palmer, spécialiste des questions spatiales au cabinet américain Forecast International.

Depuis le lancement du programme dans les années 1990, plus de 100 000 scientifiques, ingénieurs et techniciens ont participé à la conception du système de navigation.

Plusieurs dizaines de pays comme le Pakistan, la Thaïlande, le Laos ou encore Brunei utilisent par ailleurs déjà officiellement le système, selon les médias d'Etat chinois.

Mais le système chinois peut-il vraiment grignoter des parts de marché voire détrôner son rival américain?

Pour la Chine, l'enjeu est de réduire sa dépendance à la technologie américaine.