Samedi, 11 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » France:Didier Raoult convoqué devant une commission d’enquête parlementaire

France:Didier Raoult convoqué devant une commission d’enquête parlementaire

25 Juin 2020

"Je ne suis pas un prophète, même si je suis barbu".

"La manière dont ça s'est organisé est totalement archaïque", a-t-il encore estimé, critiquant le principe du système des centres nationaux de référence.

"L'idée qu'on ne pouvait pas faire les tests n'était pas vraie", a jugé Didier Raoult, qui dirige l'IHU Méditerranée Infection, à Marseille, pour qui la centralisation au niveau du CNR a fait perdre beaucoup de temps et n'était pas nécessaire.

Covid-19 : reconfinement décrété dans un canton de l'ouest de l'Allemagne
Lundi soir, les autorités locales ont annoncé que 1553 personnes étaient contaminées par le Covid-19 dans le canton de Gütersloh . Au total, 7000 personnes ont été placées en quarantaine, 21 sont hospitalisées et 6 se trouvent en soins intensifs.

"Je ne suis pas d'accord avec la décision qui a été prise de ne pas généraliser les tests", a-t-il également déclaré, estimant qu'"on ne peut pas étudier" une maladie nouvelle "si on ne teste pas". "Ce n'était pas un Conseil scientifique". J'en ai un à l'IHU, il fait rêver le monde entier, il n'y a que des stars dans leur domaine. "Un Conseil scientifique, c'est des données et ce qu'on propose de pratique pour faire de la médecine". La commission chargée d'enquêter sur le coronavirus va entendre le Pr Raoult sur l'hydroxychloroquine. Pour lui, les études sur l'efficacité du confinement sur la propagation de l'épidémie sont contradictoires.

Le chercheur marseillais a par ailleurs regretté que dans cette crise sanitaire, des "décisions médicales" aient été "préemptées par le politique", référence à l'interdiction de prescription de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, sauf dans le cadre des essais cliniques. "Celui qui a dit qu'on ne pouvait pas l'utiliser a fait une faute". Il a mis en cause, sans les nommer, le directeur de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ainsi que le président de la Haute autorité de santé (HAS). Selon lui, la France a connu une "surmortalité" qui aurait pu être évitée: "La gestion de la maladie fait qu'au final il y a deux fois plus de morts". Inconnu du grand public il y a quelques mois, ce scientifique qui se présente volontiers comme "anti-système" est devenu omniprésent dans les médias et sur les réseaux sociaux depuis qu'il a proclamé, le 25 février, que l'antipaludéen chloroquine était "probablement le traitement le moins cher et le plus simple pour traiter le coronavirus".

France:Didier Raoult convoqué devant une commission d’enquête parlementaire