Samedi, 4 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Dix enfants de djihadistes français ont été rapatriés dans l'Hexagone — Syrie

Dix enfants de djihadistes français ont été rapatriés dans l'Hexagone — Syrie

25 Juin 2020

Le Quai d'Orsay a annoncé, ce lundi matin, que la France a rapatrié dix enfants de djihadistes sur son sol.

"Ces enfants ont été remis aux autorités judiciaires françaises et font désormais l'objet d'un suivi médical particulier et d'une prise en charge par les services sociaux", précisant que "la décision a été prise au regard de la situation de ces jeunes enfants particulièrement vulnérables et dans le cadre des autorisations données par les responsables locaux".

Dix jeunes enfants de djihadistes qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie ont été rapatriés en France dans la nuit de dimanche à lundi.

Pour le collectif Familles unies, qui regroupe des proches, " chaque enfant qui revient est une vie sauvée", mais " tous les enfants français détenus dans des conditions épouvantables dans les camps syriens sont des "cas humanitaires", tous sont fragiles et vulnérables ".

La France a "remercié" l'administration semi-autonome kurde du nord-est de la Syrie pour sa "coopération" dans ce nouveau rapatriement. Depuis l'effondrement du groupe Etat islamique en mars 2019, la France a ramené 28 enfants de Syrie.

Fête de la musique: le virus semble un lointain souvenir
Les forces de l'ordre, qui ont essuyé des jets de projectiles, ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule . Le monde du spectacle vivant a été durement touché par la pandémie et s'estime être le "grand perdant" de la crise.

Ces retours sont l'application de la doctrine du " cas par cas " adoptée par la France pour les enfants retenus en Syrie - Paris souhaitant voir les adultes soupçonnés d'appartenir à l'EI jugés sur place, en Syrie ou en Irak. Sur Europe 1, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a expliqué que ces enfants n'ont jamais fait le choix d'aller sur ces terrains de combats ou d'accompagner les opérations des djihadistes.

La situation est par ailleurs compliquée pour les quelque 300 enfants de djihadistes français non orphelins, pour lesquels l'autorisation de la mère est nécessaire.

Le collectif demande régulièrement aux autorités françaises d'organiser le rapatriement de ces enfants, ainsi que celui de leurs mères.

"Certains attendent encore depuis plus de deux ans", a-t-il insisté. Les autorités kurdes affirment détenir environ 12 000 étrangers, 4 000 femmes et 8 000 enfants, dans trois camps de déplacés du nord-est de la Syrie. Elles ont souvent appelé les pays concernés à rapatrier leurs ressortissants, affirmant ne pas être en mesure de les garder beaucoup plus longtemps.

Mais la question reste très sensible pour le gouvernement français, plusieurs sondages montrant une opinion publique extrêmement défavorable au retour de jihadistes pour être jugés en France.

Dix enfants de djihadistes français ont été rapatriés dans l'Hexagone — Syrie