Lundi, 25 Janvier 2021
Dernières nouvelles
Principale » L1 : Et maintenant les clubs français accusent le gouvernement !

L1 : Et maintenant les clubs français accusent le gouvernement !

01 Juin 2020

"Il a des informations que nous n'avions pas", a insisté Bernard Caïazzo, le président du syndicat Première Ligue.

"On a été mis devant le fait accompli": plusieurs dirigeants de clubs de Ligue 1 se sont interrogés lundi quant à l'arrêt définitif de la saison de football, un choix qu'ils jugent "assez brutal" et désormais irréversible, et dont ils attribuent la responsabilité au gouvernement. Lors d'une conférence de presse téléphonique du syndicat Première Ligue, Gérard Lopez (Lille), Bernard Caïazzo (Saint-Étienne) et Waldemar Kita (Nantes) chargent le gouvernement.

L'artiste plasticien Christo est mort à 84 ans
L'artiste Christo , connu notamment pour avoir emballé le Pont-Neuf à Paris, est mort ce dimanche 31 mai à l'âge de 84 ans. Le couple avait emballé notamment le Pont-Neuf à Paris en 1985 et le Reichstag de Berlin dix ans plus tard.

Accompagné de Bernard Caïazzo (Saint-Etienne) et Waldemar Kita (Nantes), Lopez a dénoncé le manque de "concertation" ayant précédé l'annonce par le Premier ministre Edouard Philippe le 28 avril selon qui "la saison des sports professionnels, notamment de football, ne pourra pas reprendre".

"Est-ce qu'il y a eu concertation avec les autres pays?" Moi je peux dire au nom de Première Ligue qu'il n'y a eu aucune concertation avec nous. "Début avril, on était les seuls sur les cinq grands championnats à faire la proposition de reprendre le championnat". Je veux juste rétablir les faits, c'est une aberration totale de dire que c'est nous qui ne voulions pas reprendre. "C'est une erreur. Ceux qui veulent vous faire comprendre une autre réalité en disant que c'est la Ligue qui a pris la décision d'arrêter, c'est entièrement faux, et il y a mille preuves pour le démontrer". "(...) Ce qui est beaucoup plus dérangeant pour moi, c'est que depuis que je suis dans le foot français on dit qu'on essaie de rattraper notre retard, commercial et sportif, sur les autres, et là on donne le bâton pour se faire battre à un moment stratégique". Le risque c'est d'avoir un effet domino, à court terme puis à moyen terme. "On se retrouve tout seuls (.) Peut-être qu'en France, on ne met pas le foot au même niveau que dans d'autres pays". Cette résultante me fait mal, et elle me fait mal au-delà de mon club. Des propos que ne contrediraient pas Jean-Michel Aulas.

L1 : Et maintenant les clubs français accusent le gouvernement !