Vendredi, 18 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Nissan ferme une usine employant 3.000 personnes à Barcelone — Automobile

Nissan ferme une usine employant 3.000 personnes à Barcelone — Automobile

31 Mai 2020

Il prévoit de réduire les effectifs "sans licenciement sec", via des départs volontaires, des mesures de mobilité interne ou de reconversion, a-t-on appris jeudi soir de sources concordantes.

La ministre espagnole des Affaires étrangères a assuré que "toutes sortes de soutiens, d'aides et d'accompagnements avaient été proposés" à Nissan qui a préféré "recentrer ses activités indépendamment des plans" de soutien européens. "Nous regrettons cette décision de Nissan, de quitter non seulement l'Espagne, mais l'Europe, un marché de 700 millions de consommateurs, et de concentrer ses activités en Asie, et ceci malgré les efforts énormes consentis par le gouvernement pour maintenir l'activité de l'entreprise", a déclaré la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya sur le récit du journal Le Figaro.

En 2019 le groupe employait 138 900 salariés dans le monde.

Il a dit anticiper une activité " normale " de production de 5,4 millions d'unités en 2022/23, pour une capacité de production maximale de 6 millions d'unités. Résultat: un outil industriel pas assez rentable.

Sévèrement déficitaire pour la première fois depuis onze ans, le constructeur automobile japonais, a été touché de plein fouet par la crise du coronavirus.

C'est pourquoi le constructeur veut baisser ses coûts fixes de 300 milliards de yens (2,5 milliards d'euros) et réduire de plus d'un million d'unités ses capacités de production d'ici mars 2023.

A Minneaoplis, escalade de violences après la mort de George Floyd
Certains protestataires ont alors réussi à forcer les barrières de sécurité, à briser les vitres et à mettre le feu au bâtiment. Ce policier a été impliqué au cours de ses fonctions dans de multiples fusillades et a fait l'objet de 18 plaintes au total.

Sa perte nette annuelle s'est élevée à 671,2 milliards de yens (5,7 milliards d'euros), bien supérieure à ses prévisions car amplifiée par des coûts de restructuration et des dépréciations, contre un bénéfice net de 319 milliards de yens en 2018/19.

Nissan avait déjà annoncé en juillet dernier son intention de réduire de 10 % ses capacités de production d'ici mars 2023, ce qui implique la suppression d'environ 12 500 postes dans le monde. Le groupe ne s'était pas retrouvé aussi lourdement déficitaire depuis 20 ans, quand il avait dû être sauvé par Renault pour éviter la faillite.

Cependant, le partenariat "n'a pas été capable d'augmenter les économies d'échelle" malgré des volumes importants, souligne Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research (CAR) basé en Allemagne, qui se montre pessimiste pour la suite.

Pour restaurer sa rentabilité, le groupe compte aussi s'appuyer sur son alliance avec le français Renault et son compatriote Mitsubishi Motors.

Nissan va notamment devenir le référent de l'alliance sur ses trois zones géographiques de prédilection: l'Amérique du Nord, la Chine et le Japon.

Nissan ferme une usine employant 3.000 personnes à Barcelone — Automobile