Dimanche, 20 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » A Minneaoplis, escalade de violences après la mort de George Floyd

A Minneaoplis, escalade de violences après la mort de George Floyd

30 Mai 2020

Dans la foulée, le procureur du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis, a annoncé que ses services l'inculpaient d'acte cruel et dangereux ayant causé la mort et d'homicide involontaire.

Le policier, Derek Chauvin, mis en cause dans la vidéo a été arrêté ce vendredi.

Ce policier a été impliqué au cours de ses fonctions dans de multiples fusillades et a fait l'objet de 18 plaintes au total.

George Floyd a été déclaré mort dans un hôpital de Minneapolis.

Des centaines de personnes ont manifesté vendredi soir devant la Maison-Blanche pour exprimer leur colère après la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, aux mains de la police. C'est le cas en Los Angeles où les populations se sont révoltées.

Les quatre agents impliqués dans le drame ont été licenciés et des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités.

Icardi veut rester — PSG
Si des derniers détails sont donc encore à régler, ce dossier paraît en très bonne voie pour le champion de France en titre. N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone "Ajouter un commentaire" ...

Sur un ton diamétralement opposé, son prédécesseur démocrate Barack Obama a dit partager "la détresse" des millions d'Américains noirs, pour qui "être traités différemment sur la base de la race est tragiquement, douloureusement et de façon enrageante +normal+".

Des manifestants ont incendié un poste de police abandonné par les agents lors d'une troisième nuit de violence. Certains protestataires ont alors réussi à forcer les barrières de sécurité, à briser les vitres et à mettre le feu au bâtiment. Plusieurs boutiques des alentours ont connu un sort comparable et les violences ont également gagné certains quartiers de la ville voisine de Saint-Paul (capitale de l'Etat), avec des heurts sporadiques entre policiers et habitants. "Ces gens sont à cran", a simplement commenté le journaliste Omar Jimenez. Je viens juste de parler au gouverneur Tim Walz et lui ai dit que l'armée est à ses côtés tout du long.

La colère commence à gagner d'autres villes américaines. Des manifestants ont bloqué une autoroute à Denver, d'autres ont défié les ordres de confinement à New York ou Phoenix. A Louisville, dans le Kentucky, des affrontements ont eu lieu alors que des habitants demandaient justice pour Breonna Taylor, une femme noire tuée par la police dans son appartement en mars.

L'émotion dépasse les frontières américaines. La haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a dénoncé jeudi la "longue série de meurtres d'Afro-Américains non armés commis par des policiers américains" et appelé les autorités à prendre "des mesures".

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a quant à lui estimé que les citoyens de son pays suivaient la situation avec "stupéfaction et horreur". On voit George Floyd supplier et se plaindre: "Je ne peux plus respirer".

George Floyd, né en Caroline du Sud, a déménagé à Houston, au Texas, alors qu'il était encore bébé. Le visage de cet agent a fait le tour du monde depuis qu'une vidéo, capturée le lundi 25 mai et devenue virale, le montre interpellant violemment George Floyd pour un délit mineur, et plaçant son genou sur son cou. L'affaire rappelle la mort d'Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs. Une phrase devenue cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter ("la vie des noirs compte").

A Minneaoplis, escalade de violences après la mort de George Floyd