Samedi, 31 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » " Un Afro-Américain me menace " : scène de racisme ordinaire à New York

" Un Afro-Américain me menace " : scène de racisme ordinaire à New York

29 Mai 2020

"Selon nos confrères du parisien, cette femme identifiée comme Amy Cooper, ne veut pas être filmée et le prévient qu'elle va appeler la police et leur dire " qu'un Afro-Américain la menace ". La vidéo a été filmée le 25 mai dernier, à Central Park, à New York. Mais cette dernière refuse. C'est à ce moment que l'homme à qui elle s'adresse décide de commencer à filmer.

Christian Cooper lui a expliqué qu'il "documenterait" de tels incidents. Elle menace alors d'appeler la police, ce qu'elle fait dans la foulée. Jusqu'à ce qu'elle le fasse vraiment.

"Je suis en promenade et il y a un homme afro-américain qui menace ma vie et celle de mon chien", a lancé Mme Cooper. En donnant " l'alerte", elle attache, dans le même temps, son chien à la laisse. "Merci", lâche l'homme avant de couper la vidéo. "Cette femme a cru qu'elle allait pouvoir s'en servir à son avantage, et c'était hors de question pour moi de la laisser faire". Beaucoup d'internautes ont dénoncé le comportement raciste d'Amy Cooper, qui a tenté de se servir de la couleur de peau de Christian Cooper pour faire venir la police. Des excuses qui n'ont pas suffi pour conserver son emploi après le tollé engendré par la vidéo sur les réseaus sociaux.

L'acte d'Amy Cooper n'est pas tout a fait resté sans conséquence: le lendemain de la publication de la vidéo, le 26 mai, l'entreprise qui emploie Amy Cooper a annoncé dans un tweet la suspension du contrat de celle-ci.

Fake news: Twitter invite ses utilisateurs à vérifier des déclarations de Trump
Les réseaux sociaux n'auraient, de ce fait, aucune incitation sérieuse à faire le ménage sur leur plateforme. Les deux avaient promu des traitements contre le Covid-19 dont l'efficacité était loin d'être démontrée.

"Suite à notre examen interne de l'incident de Central Park hier, nous avons pris la décision de licencier l'employée impliquée, avec effet immédiat".

Parvenue aux oreilles du maire de New York, Bill de Blasio la propriétaire du chien désignée sous l'identité de Amy Cooper s'est vue publiquement ridiculisée pour avoir fait montre de "racisme pur et simple".

The video out of Central Park is racism, plain and simple. Pour beaucoup d'entre eux, elle aurait volontairement cherché à mettre en danger la vie de Christian Cooper non seulement en appelant la police, mais surtout en précisant qu'il s'agissait d'un homme noir et en faisant croire qu'elle était réellement en danger. Même si c'était elle qui enfreignait les règles. "Elle a décidé qu'il était le criminel et nous savons pourquoi." a-t-il commenté dans un post publié sur Twitter.

Cette affaire a également relancé les mèmes "Karen" sur les réseaux sociaux. Son interlocutrice compose ensuite le 911, le numéro d'urgence aux États-Unis, et se fait passer pour une victime d'agression par "un homme afro-américain" comme elle le décrit à l'agent au bout de la ligne. Selon Heather Suzanne Woods, professeure à la Kansas State University, qui étudie les mèmes, le personnage de Karen "exige que le monde existe selon ses normes sans se soucier des autres, et qu'elle est prête à risquer ou à rabaisser les autres pour atteindre ses fins", expliquait-elle au Los Angeles Times dans une chronique dédiée sur le sujet.