Lundi, 6 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Meng Wanzhou: Pékin maintient la pression sur Ottawa

Meng Wanzhou: Pékin maintient la pression sur Ottawa

29 Mai 2020

La pandémie pourrait faire la différence, car la Chine ne pourra pas nécessairement maintenir son embargo sur des marchés canadiens comme celui du canola surtout si une deuxième vague survient provoquant une réduction de la disponibilité de ces produits.

Mais contrairement aux Etats-Unis, le Canada n'avait pas mis en place de sanctions contre l'Iran au moment où les autorités canadiennes ont ouvert la procédure d'extradition.

Cette crise du canola a commencé le 1er décembre 2018 lorsque Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei, a été arrêtée à l'aéroport de Vancouver.

Le directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, accusé de fraude bancaire aux États-Unis, a subi un revers devant les tribunaux canadiens mercredi, lorsqu'un juge a reconnu que l'affaire répondait aux normes de la double incrimination. Elle vit depuis lors en liberté surveillée dans l'une de ses propriétés de Vancouver et Pékin réclame sa remise en liberté.

Le principe de la double incrimination empêche l'extradition vers un autre État pour y être poursuivi lorsque, dans une situation inverse, l'État requis n'aurait pas présenté de demande d'extradition.

UE: 750 milliards d'euros pour relancer une économie exsangue
Elle souhaite investir massivement dans des technologies clés (5G, IA, cyber, cloud, super-ordinateurs). Les marchés boursiers européens ont déjà réagi positivement aujourd'hui.

L'extradition de Meng Wanzhou, la CFO d'Huawei Technologies, vers les Etats-Unis progresse.

Pékin a clairement indiqué que sa libération était une condition sine qua non à une amélioration de ses relations avec Ottawa et à la libération de deux Canadiens détenus sur des soupçons d'espionnage.

Les deux Canadiens sont incarcérés depuis plus de 500 jours et n'ont droit qu'à un accès consulaire au compte-gouttes. Les autorités américaines l'accusent de tromper HSBC Holdings plc (NYSE: HSBC) concernant la relation de Huawei avec une entreprise en Iran, rendant ainsi la banque responsable de la violation des sanctions américaines contre l'Iran, a rapporté Reuters.

Le procureur a évoqué une présentation faite en 2013 à Hong Kong, dans laquelle Mme Meng a déclaré aux dirigeants de HSBC que Huawei ne possédait plus Skycom et qu'elle avait démissionné de son conseil d'administration. "Mentir à une banque pour obtenir des services financiers est une fraude", a plaidé le ministère.

" La position chinoise sur le cas de Meng Wanzhou est cohérente et claire: les États-Unis et le Canada ont abusé de leur traité bilatéral d'extradition et pris des mesures arbitraires contre une citoyenne chinoise, sans fondement", a tranché mardi en conférence de presse Zhao Lijian, le porte-parole du ministre chinois des Affaires étrangères.

Meng Wanzhou: Pékin maintient la pression sur Ottawa