Samedi, 8 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Fake news: Twitter invite ses utilisateurs à vérifier des déclarations de Trump

Fake news: Twitter invite ses utilisateurs à vérifier des déclarations de Trump

28 Mai 2020

Lancé dans un bras de fer avec la firme américaine, qui a -timidement- mis en doute la véracité de ses propos dans un tweet, le chef d'état a menacé de faire purement et simplement "fermer" des plateformes de réseaux sociaux qu'il estime biaisée contre les discours conservateurs, pourtant bien représentés sur ces plateformes. L'employé en question, en charge de l'intégrité technique de la plateforme, "n'intervient pas dans la modération", s'est senti obligé de préciser Twitter.

Donald Trump n'a pas du tout aimé ce choix et accuse Twitter " d'interférer dans la campagne". "Ils disent que ma déclaration sur le vote postal est incorrecte, en se basant sur des vérifications des faits par Fake News CNN et le Amazon Washington Post", a réagi le milliardaire républicain, qui est suivi par 80 millions de personnes sur son réseau social de prédilection. Le président de Facebook a accordé une interview à la chaîne Fox News, qui a publié un extrait en avant-première. "Nous n'avons pas la même politique que Twitter".

Soudain, et à quelques mois seulement de l'élection présidentielle, il ne pourrait plus utiliser son jouet favori comme bon lui semble?

Il s'agissait de tweets affirmant que le vote par correspondance était forcément "frauduleux" car sujet aux manipulations. Les deux avaient promu des traitements contre le Covid-19 dont l'efficacité était loin d'être démontrée. Qui précise que cet amendement "interdit aussi au Président de prendre une quelconque mesure pour empêcher Twitter de signaler ses mensonges éhontés à propos du vote par correspondance".

Enfin, un autre tweet provocateur de Donald Trump a pu constituer la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. " Twitter étouffe la LIBERTE D'EXPRESSION", avait accusé de son côté Donald Trump qui a menacé de " fermer " certains réseaux sociaux. Vers 15h45, Facebook perd 1,6% et Twitter plus de 2%. Jack Dorsey, patron du réseau social, avait répondu au mari éploré qu'il "comprenait sa douleur" et travaillait sur des mesures supplémentaires pour éviter ce genre de débordement.

Quelles sont les annonces attendues jeudi — Déconfinement
L'ouverture des lycées, l'oral de français, ou la limite des 100 km pourraient également être évoqués, estime le Parisien . Pour ce qui est des salles de cinéma, le ministre a indiqué que son département travaille à une réouverture début juillet.

Une affirmation qui risque de mettre le feu aux poudres aux Etats-Unis qui vivent l'épidémie de coronavirus et qui se préparent à élire leur nouveau président le 3 novembre, une élection à laquelle Donald Trump cherche un nouveau mandat.

Et le Président âgé de 73 ans ne s'en est pas arrêté là.

Pourtant, outre-Atlantique, beaucoup dénoncent justement le fait que la plateforme laisse Donald Trump développer des théories complotistes, y compris lorsqu'il est établi que les informations tweetées sont fausses, tronquées ou manipulées. La plupart des organisations de lutte contre la haine en ligne militent, depuis longtemps et sans succès, pour une réforme de la loi qui exonère les géants du Net de toute responsabilité pour ce qui est posté par les utilisateurs de leur service.

"Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus de vote et ont été signalés pour fournir du contexte additionnel sur le vote par correspondance", a justifié un porte-parole de la plateforme interrogé par l'AFP. Les réseaux sociaux n'auraient, de ce fait, aucune incitation sérieuse à faire le ménage sur leur plateforme.

Fake news: Twitter invite ses utilisateurs à vérifier des déclarations de Trump