Samedi, 15 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Depuis Jérusalem, Pompeo s’en prend à l’Iran en pleine crise sanitaire

Depuis Jérusalem, Pompeo s’en prend à l’Iran en pleine crise sanitaire

16 Mai 2020

L'Iran, bête noire d'Israël et des Etats-Unis, est le pays le plus affecté par l'épidémie au Moyen-Orient, avec plus de 110.000 cas de personnes contaminées.

Leur accord prévoit le maintien de Benyamin Nétanyahou, dont le procès pour corruption doit s'ouvrir le 24 mai, au poste de premier ministre pendant les 18 premiers mois, puis son remplacement par Benny Gantz pour une période équivalente.

Le programme des discussions englobait ainsi les questions clefs que sont l'Iran mais aussi la Chine.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a atterri ce matin en Israël afin de s'entretenir avec Netanyahou et Gantz sur le projet d'extension de la souveraineté d'Israël en Judée Samarie conformément au plan de paix américain mais aussi sur la menace iranienne et le combat face au Coronavirus.

Après 500 jours de rebondissements, trois élections et des tractations jusqu'à la dernière minute, le gouvernement d'union de Benyamin Nétanyahou et de son ex-rival Benny Gantz doit prêter serment jeudi soir pour mettre un terme à la plus longue crise politique de l'histoire d'Israël. La veille, un soldat israélien a été tué par le jet de pierre d'un Palestinien dans le nord de ce territoire occupé depuis 1967 par Israël, au cœur des priorités du prochain gouvernement israélien.

Ce projet prévoit l'annexion par Israël des plus de 130 colonies juives en Cisjordanie occupée et de la vallée du Jourdain, langue de terre s'étirant entre le lac de Tibériade et la mer Morte, et qui deviendrait la nouvelle frontière orientale d'Israël avec la Jordanie. Le plan prévoit aussi la création d'un Etat palestinien sur un territoire réduit. La question de l'avenir de ce plan rejeté à l'unisson par les Palestiniens est toutefois posée.

Peu avant l'arrivée de M. Pompeo, un adolescent palestinien a été tué par un tir d'un soldat israélien lors de heurts dans le sud de la Cisjordanie, selon le ministère palestinien de la Santé.

Ceferin ne comprend pas la suspension de la Ligue 1 — UEFA
Nous n'allons pas faire face à la situation car c'est à différentes instances en France de s'en occuper. Le président de l'UEFA a exprimé son regret concernant l'arrêt prématuré des compétitions en France.

Au cours de la dernière décennie, sous l'égide de Benjamin Netanyahu, la population dans les colonies israéliennes en Cisjordanie a bondi de 50% pour dépasser les 450'000 personnes, vivant souvent en parallèle ou de manière tendue avec plus de 2,7 millions de Palestiniens.

" La décision (sur l'annexion, NDLR) sera prise par Israël et je veux savoir ce que le nouveau gouvernement pense à ce sujet ", a déclaré Mike Pompeo dans un entretien avec le quotidien Israel Hayom avant sa visite.

À quelques heures de l'intronisation, le nom de Naftali Bennett, chef du parti Yamina et partisan de l'annexion de pans de la Cisjordanie occupée par Israël, n'est pas inscrit à l'affiche du gouvernement. "Des dirigeants internationaux nous ont clairement signifié que l'annexion représentait une menace non seulement pour la paix au Moyen-Orient mais pour l'ensemble du système international".

"Même durant cette pandémie, les Iraniens utilisent les ressources du régime des ayatollahs pour fomenter la terreur à travers le monde et ce, alors même que le peuple iranien souffre énormément, ce qui en dit long sur l'âme de ceux qui dirigent ce pays", a déclaré M. Pompeo lors d'un point de presse avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Avant la présidentielle américaine de novembre, "l'administration Trump veut vraiment que l'annexion se concrétise", explique à l'AFP Daniel Shapiro, ambassadeur en Israël sous l'ancien président américain Barack Obama. L'annexion donnerait également au président Donald Trump un accomplissement pour consolider sa base pro-israélienne, en particulier les électeurs chrétiens évangéliques politiquement influents.

En Israël, les sondages suggèrent un soutien élevé à l'annexion à droite, mais faible au centre et à gauche de l'échiquier politique, des tendances représentées dans le gouvernement d'union, notamment par Benny Gantz ayant déjà émis des doutes sur une annexion rapide.

Dans ce contexte, des analystes israéliens s'attendent à des mesures limitées du gouvernement d'union, comme le rattachement à Israël de colonies près de Jérusalem, à moins, selon Daniel Shapiro, qu'il ne passe son tour pour attendre l'identité du prochain locataire à la Maison Blanche.

Depuis Jérusalem, Pompeo s’en prend à l’Iran en pleine crise sanitaire