Lundi, 3 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Coronavirus : après le bazooka de la BCE, les Bourses européennes prudentes

Coronavirus : après le bazooka de la BCE, les Bourses européennes prudentes

22 Mars 2020

Et les prix du pétrole en Asie ont nettement grimpé. "Les temps extraordinaires nécessitent une action extraordinaire", a tweeté la présidente de l'Institut de Francfort Christine Lagarde.

Ce soutien doit contribuer à fluidifier les flux financiers dans un système économique grippé, où de nombreuses sociétés sont obligées de suspendre leur activité et où certaines vont se retrouver bientôt menacées de faillite.

A l'issue d'une réunion ordinaire de politique monétaire jeudi, la a BCE a annoncé un ensemble de mesures visant à soutenir l'économie de la zone euro en cas de choc de coronavirus, qui comprend une enveloppe temporaire d'achats d'actifs nets de 120 milliards d'euros en plus d'un programme mensuel d'achat d'obligations existant. La question est de savoir si le bazooka dégainé par la BCE - 750 milliards d'euros de rachat de dettes publiques - sera suffisant pour faire revenir la sérénité sur les Bourses mondiales, qui ont connu un effondrement sans précédent ces dernières semaines.

Aujourd'hui la BCE va encore plus loin face au coronavirus. Cette pluie de milliards a eu un effet positif sur les marchés financiers: la Bourse de Tokyo a démarré jeudi sur les chapeaux de roue, avec une hausse de 2%.

La F1 lance ses Grands Prix virtuels
Dans l'immédiat, l'annonce d'aujourd'hui confirme la tendance qui est ressentie depuis plusieurs jours maintenant et qui s'oriente vers une ouverture de la campagne 2020 en Azerbaïdjan, le 7 juin.

La Banque centrale européenne a sorti la grosse artillerie avec un plan d'"urgence" de 750 milliards d'euros pour tenter de contenir les répercussions sur l'économie de la pandémie de coronavirus. "L'inclusion de la Grèce et du papier commercial d'entreprise était la cerise sur le gâteau du QE (assouplissement quantitatif)", a déclaré mercredi Frederik Ducrozet, économiste principal chez Pictet Wealth Management.

" À condition que la réponse budgétaire (des États) continue de s'accroître, cela changera la donne pour l'économie de la zone euro et les marchés du crédit ", a-t-il ajouté.

C'est pour l'Italie que la baisse des taux à 10 ans a été la plus prononcée (1,79% contre 2,36% mercredi), tandis que le Bund allemand a atteint -0,20%. Le conseil d'administration de la Reserve Bank of Australia (RBA) a indiqué que ce taux demeurerait à ce niveau "jusqu'à ce que des progrès soient réalisés pour atteindre le plein-emploi".

Coronavirus : après le bazooka de la BCE, les Bourses européennes prudentes