Vendredi, 28 Février 2020
Dernières nouvelles
Principale » Affrontement meurtrier entre soldats turcs et syriens — Syrie

Affrontement meurtrier entre soldats turcs et syriens — Syrie

04 Février 2020

Mais les forces du régime de Bachar el-Assad, appuyées par Moscou, ont intensifié depuis plusieurs semaines leur offensive dans cette province, multipliant les bombardements meurtriers.

"Nous recevons des informations faisant état du déploiement de forces turques dans la zone d'Idlib et du début de leurs affrontements avec l'armée syrienne".

La Turquie a déployé des militaires dans la région d'Idleb dans le cadre d'un accord conclu avec la Russie visant à faire cesser les violences.

Les combats entre soldats syriens et turcs interviennent quelques jours après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé la Russie de "ne pas honorer" les accords bilatéraux visant à empêcher une offensive d'envergure du régime dans le nord-ouest du pays.

"Quatre de nos frères d'armes sont tombés en martyrs et neuf ont été blessés, dont un grièvement, par des tirs d'artillerie nourris des forces du régime", a déclaré le ministère turc de la Défense tôt lundi dans un communiqué.

Les hostilités qui ont duré plusieurs heures sont les plus graves depuis l'intervention de la Turquie dans le conflit syrien en 2016 pour combattre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) et éloigner les forces kurdes syriennes de sa frontière. Recep Tayyip Erdogan a affirmé de son côté que "entre 30 et 35" soldats syriens avaient péri. "Que ce soit par des bombardements aériens ou d'artillerie, nous leur faisons payer le prix avec détermination et continuerons de le faire", a ajouté le président turc.

À une semaine des Oscars, le triomphe de 1917 aux Bafta
Fini le plastique à usage unique et les sacs de petits cadeaux peu respectueux de l'environnement, bonjour le tapis rouge en matériaux recyclés.

Ces échanges de tirs inédits par leur intensité entre forces d'Ankara et de Damas font, selon l'AFP qui rapporte l'information, monter d'un cran la tension à Idleb, dernier bastion dominé par des terroristes et des rebelles en Syrie. L'agence officielle syrienne Sana a démenti elle tout décès dans les rangs de l'armée.

"Je veux m'adresser en particulier aux autorités russes: notre interlocuteur, ce n'est pas vous, c'est le régime (syrien)".

Le porte-parole du parti de Recep Tayyip Erdogan, l'AKP, a estimé que le régime syrien avait attaqué les soldats turcs car il se sentait "protégé par le parapluie russe". Elles se trouvent à 8 km de la ville d'Idleb, chef-lieu éponyme de la province. La région abrite aussi d'autres groupuscules djihadistes et des rebelles anti-régime affaiblis. Dimanche, plus de 300 véhicules blindés de l'armée turque auraient franchi la frontière en direction du sud, tandis que des groupes rebelles syriens, soutenus par Ankara, ont lancé une contre-offensive contre l'armée du régime à l'ouest d'Alep.

Signe toutefois que le dialogue n'est pas rompu entre Ankara et Moscou: les ministres des Affaires étrangères des deux pays se sont entretenus au téléphone lundi en fin de journée.

Au moins neuf personnes, dont quatre enfants, ont été tuées et 20 blessées dans de nouveaux raids sur le nord-ouest de la Syrie, selon l'OSDH. Déclenché il y a bientôt neuf ans, le conflit en Syrie a fait plus de 380 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Affrontement meurtrier entre soldats turcs et syriens — Syrie