Samedi, 11 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Les avions de plusieurs compagnies ne survoleront plus l'Iran et l'Irak

Les avions de plusieurs compagnies ne survoleront plus l'Iran et l'Irak

08 Janvier 2020

De nombreuses compagnies aériennes, dont Air France et Lufthansa, ont annoncé mercredi des mesures de précaution concernant leurs vols au Moyen-Orient, et notamment la suspension de leur survol des espaces aériens iranien et irakien.

Un porte-parole d'Air France a confirmé auprès de l'Agence France presse que la compagnie aérienne a décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre "tout survol des espaces aériens iranien et irakien", rapporte le journal La Croix. D'autres compagnies ont pris des décisions du même genre, comme Dubaï, Emirates, flydubai, Singapore Airlines, Malaysia Airlines et la taïwanaise China Airlines.

"Air Canada, le seul transporteur aérien canadien qui exploite des liaisons dans la région couverte par la [notification de sécurité de l'Administration fédérale de l'aviation (FAA)], a modifié ses itinéraires pour assurer la sécurité de ses vols à destination du Moyen-Orient et de ses vols survolant les espaces aériens au Moyen-Orient", a gazouillé Transports Canada mardi soir, en ajoutant être en communication avec la FAA.

Vers une semaine de 24 heures en Finlande — Travail
Plusieurs médias ont rappelé qu'une expérience du même type avait été menée en Suède en 2015 et que la productivité des employés avait augmenté.

Vietnam Airlines a annoncé que ses vols vers et depuis l'Europe allaient éviter les " zones d'instabilité potentielles " au Moyen-Orient, bien que les routes habituelles de ces vols ne passent pas par l'espace iranien ou irakien.

Pour l'australienne Qantas, le vol entre Perth et Londres survolera l'Asie plutôt que le Moyen-Orient et subira un retard d'une quarantaine de minutes.

Le corps des Gardiens de la révolution avait annoncé dans un communiqué, que des dizaines de missiles sol-sol ont été tirés sur la base aérienne d'Aïn al-Assad dans le gouvernorat d'Al Anbar à l'ouest de l'Irak, pour " venger l'assassinat " du général Qassem Solaimani, tué vendredi dernier dans un raid américain à Bagdad aux côtés d'Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires intégrés aux forces de sécurité irakiennes.

Les avions de plusieurs compagnies ne survoleront plus l'Iran et l'Irak