Mercredi, 21 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Un manque à gagner de 400 millions d’euros pour la SNCF — Grèves

Un manque à gagner de 400 millions d’euros pour la SNCF — Grèves

27 Décembre 2019

Dans une interview toute en retenue livrée hier au quotidien " Le Monde ", Jean-Pierre Farandou assume pleinement son costume de grand aiguilleur pacificateur de la pagaille ferroviaire qui se profile avec près de la moitié du trafic en carafe et déjà 400 millions d'euros de manque à gagner au débit du transporteur.

Mardi, comme prévu, 40% des TGV et des TER circulent et 20% des Intercités et des Transilien, selon la SNCF.

"Lors de mon premier mois aux commandes de la SNCF, avant la grève, j'ai pu constater que le dialogue social était un peu abîmé à la SNCF ", a raconté Jean-Pierre Farandou, qui a succédé le 1er novembre à Guillaume Pepy à la tête du groupe public. J'ai repris contact avec toutes les organisations syndicales ", a-t-il relevé.

La SNCF (Société nationale des chemins de fer français) enregistre une perte de 400 millions d'euros à cause des manifestations contre la réforme des retraites de l'administration du président de la République française Emmanuel Macron. "C'est déjà une somme considérable", ajoute-t-il. "Les comptes 2019 seront fortement impactés par ce conflit, d'autant plus qu'on n'est pas encore au bout du décompte", a ainsi indiqué le président de la SNCF.

Un soldat américain tué en Afghanistan - Revendication talibane
Ce décès survient au moment où les États-Unis et les talibans tentent de trouver un accord sur un retrait des forces américaines. Un soldat américain travaillant au sein de la mission de l'OTAN en Afghanistan, a été tué au cours d'une opération.

Le nouveau patron, arrivé seulement quelques jours avant le début du mouvement, explique: "Ça ne nous a pas empêchés, la direction des ressources humaines et moi-même, de continuer à dialoguer avec les organisations syndicales". L'euphémisme est aussi explicite que sa perplexité face à la complexité des dernières propositions gouvernementales (sur des transitions spécifiques pour les futurs retraités de la SNCF et de la RATP), " des mesures difficiles à expliquer en peu de temps "... D'autant que le gouvernement lui a demandé "de mettre au point, avec elles, les modes de transition et les modes de calcul pour les cheminots concernés par la réforme de leur retraite".

"Quand le mouvement s'est installé aussi longtemps et aussi fortement, il peut être difficile de l'arrêter ", continue Jean-Pierre Farandou, sur le refus d'une trêve pour les fêtes par la CFDT Cheminots.

D'après le PDG, il n'y a rien à négocier en matière de régimes spéciaux.

Un manque à gagner de 400 millions d’euros pour la SNCF — Grèves